bann3
Cliquez sur la bannière pour revenir à l'accueil


Travaux d'août


Climat

 

Le temps chaud et orageux fatigue bêtes et gens. Les fleurs souffrent de la sécheresse et reprennent vie le soir seulement. Bienvenue est l’ondée, ainsi que le confirme le dicton : « Quand il pleut en août, il pleut miel et bon moût ».

Pourtant les statistiques sont intraitables : il fait  aussi chaud à Strasbourg qu’a Bordeaux, et le thermomètre peut dépasser pendant plusieurs jours 30°C à l’ombre. Les fruits se gorgent de sève et de soleil en prenant une coloration envoûtante. L’astre du jour brille plus de 220 heures à Paris, dans l’Ouest et dans l’Est et 250 heures sur le littoral méditerranéen. Plus rien ne semble devoir arrêter phébus dans sa course et pourtant l’automne approche :

« A la Saint Barthélemy (24 août), la grenouille sort du nid. »

 

Soins généraux

 

C’est l’époque où les propriétaires de résidence secondaire admirent la magnificence et l’éclat des plantes estivales : dahlia, impatience, sauge, pétunia.

Les rosiers sont de la partie et jettent leurs dernières splendeurs dans les lueurs de l’été

C’est pourtant l’époque du bouturage des plantes molles (gnaphalium, géranium) et de l’éboutonnage des chrysanthèmes à floraison automnal

La mise en place des dernières plantes à floraison tardive est exécutée sans retard par les jardiniers du mois d’août.

En outre, rabattages et nettoyages procurent une nouvelle jeunesse aux plantes vivaces à floraison remontante.

Au potager et dans le verger, les récoltes suivent les cueillettes. Les cuisinières s’activent devant leur fourneau pour faire cuire confitures et sirops.

   

Travaux au potager

 

C’est la période des semis en place des légumes à récolter le mois prochains. Ainsi préparez quelques planches : fumez les avec un fumier de ferme complètement décomposé ou encore un fumier déshydraté du commerce. Grattez vigoureusement pour enfouir l’engrais d’appoint. Semez à la volée : arroche, mâche, radis, radis noir. Ratissez et paillez légèrement pour maintenir l’humidité. L’arrosage est effectué le matin et le soir.

Les semis en ligne de cerfeuil et de persil (à l’ombre des arbres ou des arbustes) sont faits à la main aussi régulièrement que possible. La levée étant très capricieuse, ne soyez pas impatient.

Les amateur de sauge officinal sèment cette plante aromatique en ligne puis éclaircissement ultérieurement à 25 30 cm.

Plantez dans une planche bien fraîche et bien « engraissée », les choux fleurs, chicorées frisées, scaroles et les poireaux semés en juillet. Un apport d’engrais superficiel : nitrate de soude épandu en deux fois favorise le démarrage des plant. Arrosez régulièrement.

Au début du mois, il est encore temps de semer des haricots variétés « Salomé », « Menil », et des  mange tout, variétés « Saint Fiacre » et « Necorés ». Vérifiez que le sol n’est pas trop calcaire, car il fait durcir les cosses à consommer vertes.

 

Traitements phytosanitaires

   

Les plantes sensibles à l’anthracnose, qui provoque des taches noires sur les gousses, ainsi qu’aux maladies à virus sont traités avec des produits à base de manèbe, deux ou trois fois en cours de cultures.  Il existe  des variétés résistantes à ces maladies.

Les laitues pommées d’hiver et les romaines d’hiver semées en pépinières sont repiquées, lorsqu’elles ont 2 ou 3 feuilles, sur côtières bien exposées ainsi que sous châssis froids, les romaines, variétés « Ballon » (Résistant à la chaleur) et « Chicon des Charentes ».

Les tomates qui sont maintenant en pleine production, doivent être pincées, éboutonnées et traitées contre le mildiou, très dévastateur lorsque l’été est pluvieux. Traitez préventivement avec un produit cryptogamique à base de manèbe, zinèbe et thirame.. Arrosez régulièrement ces légumes très « soiffards » pour éviter la maladie physiologique «  Blossom end rot » provoquée par des apports d’eau irréguliers.

Passé le 15 août, semez les oignons blancs à la volée ou en rangs distants de 15 cm (récolte l’année suivante) et les oignons de couleur, variétés « Rouge pâle de Niort », « Jaune Espagnol.

Les terres fortes ou mal fumées favorisent une maladie appelée « le gras ». :;cette maladie bactérienne ne peut être évitée qu’avec un assolement important et en limitant les apport de fumure organique. Certaines années très sèches on voit de minuscules insectes courir sur les bulbes et les tiges, il s’agit des thrips. Traitez préventivement le sol avec un produit insecticide (Mevinphos et chlorofenizon)et les plantes avec des produits efficaces (malathion oléoparation).  Dans ce dernier cas, respectez scrupuleusement les indications du fabricant en ce qui concerne les dates limites d’emploi afin d’éviter les risques d’empoisonnement.

 

Récolte et conservation

 

Le jardin potager fournit en août des produits frais et rafraîchissants : aubergine, betterave à salade, laitue, melon. Consommés en salades ou en plat froid, ils procurent une détente agréable lorsque les chaleurs deviennent trop fortes.

Les pommes de terre, dont les fanes déjà flétries s’étiolent sur les buttes, sont arrachées au fur et à mesure des besoins.

Cette méthode permet de conserver dans les sols sains, nourrissants et frais les tubercules qui continuent de grossir. Lorsque le terrain doit être dégagé, terminez l’arrachage au croc à deux dents plates en prenant soin de ne pas couper les tubercules. Après quelques heures de repos sur le sol pour leur permettre de se ressuyer, mettez les en cellier ou en cave. Dégermez les ensuite régulièrement. On peut aussi les ensiler à l’extérieur. Recouvrez le tas de pommes de terre, placé sur un épais lit de paille, de terre très sableuse. Pratiquez éventuellement une cheminée centrale pour faciliter la respiration des tubercules.

Lorsque vous désirez obtenir un cœur bien blanc chez les chicorées frisées et les scaroles, liez quelques salades à l’aide d’un raphia ou d’un osier, toutes les feuilles rabattues vers le haut. Après quelques jours, elles sont prêtes à être consommées.

 
A noter : ne les attachez pas trop longtemps à l’avance, car elles ont tendance à pourrir.

Les haricots à écosser et les pois d’automne sont arrachés et mis au sec en cave ou en cellier. Suspendus en botte, les racines en l’air, ils sont conservés plusieurs semaines en parfait état.

Les ménagères bien équipées et expérimentées, hésitent pas à se lancer dans  la mise en bocaux de nombreux légumes : tomate, pois, haricot vert, poivron.

Un truc à connaître : conservez les bocaux la tête en bas sur leur couvercle. Les légumes se conservent mieux.

C’est aussi l’époque de la récolte des fraises remontantes. Profitez en pour supprimer les stolons inutiles.

 

TRAVAUX AU VERGER

 

Récolte

C’est le mois des récoltes et aussi des confitures. Vos effort des mois précédents »portent leurs fruits », et les cueillettes au jardin fruitier se succèdent sans discontinuer. Les poires variétés « Beurré Griffard », 3Williams », « Delbard précoce », sont détachées avec précaution et placées sur clayettes sans être cognées. Elles sont consommées quelques semaines plus tard, car leur conservation est courte.

Les pommes précoces variétés « Stark Earliest », « Prim rouge », sont récoltées lorsque la coloration, est suffisante. Placées en cellier sur des clayettes, elles achèvent leur maturation en quelques semaines.

Les pêches, les abricots, les prunes et les fraises sont récoltés à maturités presque complètes et consommés immédiatement. Citons pour mémoire les variétés les plus intéressantes : pêche « Redhaven » et « Earliglo », deux très bonnes variétés à chair jaune, maturité fin juillet début août ; nectarine « Indépendances «à chair jaune, et « Silver Lode », à chair blanche ; prune « Reine Claude dOuillins » et « Cœur de Lion Morettini », qui font les délices des amateurs de beaux et bons fruits.

Dans les régions à ensoleillement faible, il est utile d’effeuiller les pêchers et la vigne. Cette opération permet une meilleure coloration des fruits et accélère leur maturation. Supprimez les quelques feuilles qui cachent les fruits des rayons solaires. De plus, pincez l’extrémité des rameaux à bois trop longs qui sucent inutilement la sève.

   

Taille et pincement

 

Il existe une taille d’été appelée « taille lorette » qui permet de compenser l’absence de taille hivernale. Cette taille courtes, sévère, ne peut être pratiquée que sur des arbres vigoureux. Débutez fin avril par un rabattage des deux tiers des prolongements, elle est poursuivie fin juin  par une taille courte des pousses de l’année sur un seul bouquet de feuilles près de la charpentière. Cette opération est renouvelée en août puis en septembre. La fructification qui épuise considérablement les arbres, a lieu directement sur les charpentières des arbres  à formes aérée : pyramide, gobelet, fuseau.

Les pincements réalisés sur les pommiers, les poiriers et les pêchers favorisent la fructification par la formation des boutons à fruits. Rabattez sur3, ou 5 feuilles, suivant la vigueur de l’arbre. Plus les arbres sont vigoureux, puis les pincements sont longs.

C’est à l’occasion de ces différentes opérations de taille que vous repalisserez les rameaux des arbres en espalier. Vérifiez aussi les ligatures de printemps et supprimez les étranglements qui auraient pu se former.

La taille en vert des pêchers doit être achevée sans tarder. Il peut aussi être nécessaire d’élaguer certains arbres à noyaux tels que les abricotiers, cerisiers, noyers. N’oubliez pas de bien mastiquez avec du mastic cicatrisant.

Il est maintenant important d’arroser régulièrement les arbres et les arbustes à fruits. Compensez les réserves hydrauliques du sol par des apports d’eau au pieds des arbres dans la cuvette aménagée à cet effet.

 

Greffage

 

Les jardiniers aoûtiens doivent réaliser plusieurs opérations de greffage sur des arbres fruitiers : greffage par rapproche de la vigne et des pêchers et greffage en fente ou en incrustation sur les cerisiers et les pruniers (à partir de la fin  du mois).

N’oubliez pas que c’est souvent à l’occasion du greffage que l’on transmet d’un arbre à l’autre les maladies vasculaires et les virus. En conséquence, désinfectez vos outils de greffage entre chaque opération : prélèvement des greffons, greffage, suppression des gourmands.

   

Traitements phytosanitaires

 

Il serait erroné de croire que les ennemis des arbres fruitiers sont aussi partis en vacances. Il faut au contraire effectuer sans relâche les traitements de protection sanitaire.

Commencez d’abord par supprimer les fruits nécrosés ou très attaqués par les maladies ainsi que  les nids d’insectes (hyponomeutes). Jetez les à la poubelle pour ne pas contaminer le tas de compost. Curetez ensuite les branches et les troncs attaqués par les chancres et par la tavelure. L’écorce et le bois attaqués sont sectionnés et détruits. On mastique ensuite avec un produit  cicatrisant. Auparavant une pulvérisation à l’aide de produit fongicide de synthèse est nécessaire.

Traitez tous les arbres avec un produit mixte (insecticide, fongicide, acaride), afin de protéger contre les attaques des parasites estivaux (pucerons, cochenilles, araignées rouges, carpocapses) et contre la tavelure et le mildiou. Plusieurs produits du commerce polyvalents, faciles d’emploi, suppriment tous les parasites en un seul traitement. Préférez toutefois les produits spécifiques : leur efficacité est plus grande.

De toute façon, respectez scrupuleusement les doses d’emploi, les méthodes d’application et les périodes de traitement. La rémanence de certains produits (durée d’efficacité) est parfois assez longue. Il importe donc d’arrêter les traitements 2 ou 3 semaines avant les premières récoltes. En cas de doute, n’hésitez pas à laver les fruits. Les produits endothérapiques, véhiculés par la sève à l’intérieur des tissus, ne sont pas évidemment pas éliminés par un long lavage superficiel. Soyez donc très prudent.

Vers la fin du mos d’août, ouvrez les sacs à fruits ensachés courant mai juin pour leur permettre de bien se colorer. Par ailleurs, ensachés les grappes de raisin de table après un bon traitement anti parasitaires.

 

Travaux au sol

Entre les arbres de plein vent, semez les engrais vert : trèfle, févérole, lupin bleu. Ces légumineuses qui exigent des apports complémentaires d’engrais et d’eau produisent une matière humide importante à une bonne croissance des arbres fruitiers. Ces engrais sont enfouis en octobre novembre par un défoncement profond.

Supprimez les drageons et rejets au pied des arbres et  arbustes à petits fruits (framboisiers).

Poudrez aux premiers labours préparatoires de futurs terrains fruitiers. Enfouissez engrais de fond et fumure organique.

 
 
Fleurs dans la serre adossées et sous châssis

 

La serre est presque entièrement vide. On y bouture encore quelques fuchsias, irésines et pélargoniums, qui racinent avec dextérité. Maintenez  l’ombrage en permanence et laissez les vasistas et les aérateurs constamment ouverts.

Les châssis, eux aussi recouverts d’une couche de blanc d’ombrage, servent au bouturage à froid de certaines plantes : bégonia vivace, gazanie, fuchsia, héliotrope, géranium, coleus.  Chaque bouture est placée dans un petit godet ou dans un alvéole d’un plateau de multiplication. Utilisez un mélange terreux à base de terre de bruyère, de terre de jardin et de terreau de feuilles. Arrosages modérés. Rempotage lorsque les plantes sont bien racinées. Semez en terrines pour fleurir l’hiver ou le printemps suivant : calcéolaire, giroflée de  Nice.

Rempotez le bouton couronne des plantes cultivées et « uniflore ».

   

Plates bandes et massifs

 
C’est la saison des arrosages réguliers et des derniers apports d’engrais (au début du mois) dans les massifs garnis de plantes vivaces et annuelles.

Si vous être très courageux, vous pouvez sarcler, tuteurer et désherber ces plates bandes devenues l’orgueil de votre jardin. Ces travaux deviennent indispensables dans les jardins réguliers, appelés « à la française ». En revanche, au cœur des jardins «  à l’anglaise » ou « de curé » un certain fouillis bon- enfants reste possible.

Dans un carré réservé aux multiplications de pleine terre, semez les bisannuelles et plantes vivaces suivantes : myosotis, pâquerette, muflier, pensée, violette odorante, cornue. Arrosées régulièrement, elles fournissent  quelques semaines plus tard des plantes à floraison printanière. Ne semez pas trop dru afin de vous laissez le temps de les transplanter.

C’est maintenant qu’il faut refaire à neuf vos vieux parterres et mixed borders de plantes vivaces. Les plantes âgées de trois ou quatre ans qui ont épuisé le sol et pris des dimensions trop envahissantes sont arrachées et divisées.

Arrachées les plantes vivaces : hosta, leucanthème (reine marguerite), ficoïde, hélenie, et supprimez les feuilles jaunies et une partie du feuillage. Procédez ensuite à la division des touffes avec une bêche ou une serpette en vérifiant bien que chaque éclat porte un ou plusieurs yeux. Apportez un terreau nourrissant additionné d’un engrais de fond dans le fond des trous de plantation. Plantez à une bonne distance (40 à 60 cm suivant kles espèces) en plaçant les plantes en quinconce ou  en pied de marmite. Tassez fortement la terre ; arrosez.

Dans les plates bandes neuves ou dans les poches de terre des murets, vous répartissez les plantes vivaces à floraison printanière : arabis, aubriète, saxifrage, ibéris, en fonction de leurs tailles et de leurs coloris. N’oubliez pas d’apporter une poignée de tourbe avec de l’engrais dans le fond du trou. Arrosez abondamment  pendant plusieurs jours.

Lorsque vous avec un moment de libre, profitez en pour palisser les plantes grimpantes (rosier, bignome) et supprimez les inflorescences fanées. Les plantes vous récompenseront par une floraison plus abondante.

   

Arbres, arbustes et gazon

 

Les floraisons estivales se poursuivent : les arbustes décoratifs ne réclament, pour l’instant, aucun soin particulier. Taillez ceux qui ont fleuri au printemps et que vous n’avez pu soigner en juillet.

 

Multiplication 

 
C’est la bonne époque pour bouturer sous cloches plusieurs arbustes d’ornement. Prélevez les pousses non encore aoûtées des végétaux à feuilles persistantes suivants ; laurier, aucuba, fusains, lierre, viburnum. La terre doit être fraîche, perméable et très sableuse.

Greffez en placage les viburnums à feuilles panachées, tandis que les azalées, rhododendrons et pivoines en arbres sont greffés en fente sur des jeunes sujets. Les petites plantes greffées sont maintenues «  à l’étouffée » sous cloches, jusqu’à la reprise de la greffe. Coupez ensuite les ligatures afin d’éviter les étranglement. 

 
Rosiers

 

 L’époque de gloire de la reine des fleurs est passée. Pourtant les rosiers remontants nous offres toujours de pleines brassées de beautés délicates : « le  rouge et le noir », rouge pourpré ; « Femme », noire et rose et fumée ; « Mme A. Meilland », jaune et carmin ; « Rêverie » orange saumoné et délicatement parfumée.

Il est nécessaire de les arroser très abondamment, le soir de préférence, et de les protéger contre leur nombreux ennemis : oïdium, pucerons, maladies des taches noires, chenilles. Traitez toutes les 2 ou 3 semaines avec un produit polyvalent efficace.

Un épandage d’engrais « rosiers en écusson sur des portes greffe d’un an. Les poudrages sont effectués par temps calme, en évitant d’épandre du produit sur les fleurs.

Si vous n’avez pas pu le faire en juillet, taillez les rosiers non remontants. Supprimez régulièrement les boutons fanés afin d’éviter la formation des fruits qui épuisent les plantes.

Si vous devez partir en vacances, supprimez les boutons floraux : vous retarderez ainsi la floraison de quelques semaines.

Désherbez au fur et à mesures des apparitions des mauvaises herbes : il existe aussi des désherbants rosiers sélectifs. 

Gazon

 
La maintenance des surfaces vertes se poursuit régulièrement pendant tout le mois d’août. Il s’agit principalement de tontes et d’arrosages réguliers : tous les 5 jours pour les premiers et tous les 2 ou 3 jours pour les  seconds, en fonction de la croissance et de la température.

Il est aussi nécessaire de pratiquer le désherbage à l’aide de produits sélectifs du commerce. Pratiquez sur un sol légèrement humide, par temps calme, en respectant les doses prescrites par les fabricants.

Si votre vieille pelouse a souffert de la sécheresse ou si le sous -sol n’est pas propice qu gazon, épandez avec prudence un engrais azoté sur un terrain humide.

N’oubliez pas de ramasser les déchets et les herbes humides et de les empiler sur le tas de compost. Lorsque le tas s’est élevé de 30 cm, apportez sur celui-ci un produit « accélérateur » qui facilite la décomposition des déchets végétaux. L’année suivante, vous disposerez d’un compost prêt à l’emploi, excellent pour la culture en post ou en pleine terre.

  

Matériel et outillage

 

C’est l’époque de la remise en état des parties métalliques et en bois de votre jardin. Peignez les après les avoir grattées et décapées. Utilisez des peintures résistant aux intempéries.