bann3
Cliquez sur la bannière pour revenir à l'accueil


Les travaux de juillet



 

Climat 

L’époque des vacances est enfin arrivée : les températures d’après midi le prouvent. Le jardin est devenu le fournisseur privilégié pour ceux qui aime les produits naturel : fruits et légumes mûrissent un peu plus nombreux chaque jour. Il fait chaud. Le nombre de jours de grosses chaleurs est de 5 à Lille et Strasbourg et dépasse 10 dans le Sud Ouest. Pourtant, les vents violents sous les orages à dominance de l’ouest de la France provoquent parfois des catastrophes locales. Les précipitations du mois des moissons  « messidor », parfois importantes, deviennent souvent brutales et restent imprévisibles.

Soins généraux

Les jardiniers auraient tort de se laisser aller aux plaisirs du farniente : le jardin réclame encore leur présence et leurs soins.

Les légumes poussent vite et sont souvent sujets à des attaques parasitaires, alors que les fruits grossissent et se colorent rapidement.

C’est le moment de cueillir et de consommer les pêches, les abricots, les cerises et les groseilles.

Les parterres de fleurs annuelles rivalisent entre elles pour attirer l’attention, tandis que les rosiers rassemblent leurs forces pour refleurir encore, dans quelques semaines

La pelouse reste l’endroit préféré des écoliers en vacances : l’herbe fraîchement tondue est aussi douce qu’un tapis de haute laine.

Arrosages, palissages et bouturages requièrent l’attention des petits fils de Le Nôtre. 

Travaux au potager

Lorsqu’il y a pas eu d’incidents de culture, vous pouvez récolter en juillet : ail ; oignon variétés « Jaune primo F1 », « Jaune espagnol » ; pois, variétés « Express à longue cosse », « Gullivert » ; tomate, variété « Rustel F1, « Tison F1 », « Super Marmande » ; ainsi que différentes plantes officinales : angélique, camomille ordinaire, mélisse officinale.

La plupart des plantes condimentaires peuvent être déshydratées et conservées au sec dans des bocaux hermétiques.

 
Semis et repiquage
 

La saison des semis se termine et seuls quelques légumes peuvent être encore semés. Il s’agit d’abord des légumes à croissance rapide : arroche (Semis en place et récolte en septembre octobre), chicorée sauvage, cresson alenois, épinard, variétés « Vittal », « Parys HF1 », persil cerfeuil. Ces plantes demandent un sol frais, nourrissant et à l’abri des coups de soleil de l’après midi. Arrosez régulièrement le matin ou le sol avec l’eau tiède. Une astuce de vieux jardiniers consiste à faire tiédir l’eau d’arrosage dans des récipients placés au soleil toute la journée.

Semez la mâche, légume feuille très nutritionnel, dans une terre assez compacte, elle n’en végète que plus vigoureusement. Les derniers haricots et petits pois sont semés en terre bien nourrissante, sans fumier frais : risque d’anthracnose.

Vous pouvez utilisez pour le tuteurage des pois et des haricots des filets plastique à larges mailles. Après la dernière récolte, les pois sont arrachés et jetés au fumier

C’est aussi maintenant qu’il faut semer les légumes qui arriveront à maturité en hiver ou au printemps prochain : betterave à salade, chou navet, navet, radis.

Repiquez en priorité ceux issus de semis des mois de mai et juin. Préparez bien les planches et plantez à bonne distance : céleri à côte, chou fleur, brocoli, pissenlit et poireau. Un apport d’engrais préalable à la mise en place ainsi qu’un épandage de produits insecticides contre les parasites du sol augmentent les chances de réussite. Bornez bien les plantes avec le plantoir et arrosez au goulot chaque légume plusieurs jours de suite.

En juillet s’effectue la plantation des stolons de fraisiers distancés de 15 cm en tous sens. Ces plantes devenues suffisamment fortes l’année prochaine seront transplantées à leur emplacement définitif.

Les planches destinées à la culture des fraisiers seront préparées avec soin. Très voraces, ils demandent beaucoup d’engrais complet et de fumier bien décomposé enfoui à 25 30 cm de profondeur. 

Traitements phytosanitaires

Vérifiez régulièrement vos appâts anti limaces et renouvelez les si c’est nécessaire.

Traitez régulièrement par poudrage contre les pucerons et les mouches des légumes. Une pulvérisation avec un insecticide de synthèse peut être utile.

Arrêtez tout traitement 2 ou3 semaines avant la récolte.

Les années humides, tomates, melons, concombres sont pulvérisés avec un fongicide contre l’oïdium et le mildiou. Le ver du poireau est aussi un parasite difficile à détruire. Attaquez le avec une poudre insecticide à base de lindane enfoncé dans le sol par griffage ; ou bien en pulvérisant les plants au moment du repiquage avec un insecticide liquide à base de lindane aldrine. Surveille l’état sanitaire des légumes racines : oignon, échalote, ail, qui sont les proies facile pour les maladies : graisse de l’ail, gras de l’oignon, ne peuvent pas être éliminées par les traitements antiparasitaires classiques : il est donc impératif d’arracher les légumes malades et de les détruire par incinération.

Travaux divers 

Continuez la taille des tomates et des melons. Après étêtage, ce dernier légume est pincé une premières fois au dessus de la troisième feuille. Chaque branche produit deux nouvelles branches porteuses de fleurs mâles seulement. Raccourcies sur la troisième feuille (comme précédemment), elle produisent alors des fleurs mâles et femelles. On ne conserve que deux ou trois petits melons par pied. La récolte commence en juillet sur les plantes cultivées sur couche. Certains jardiniers étendent un film plastique sous les plantes. 

tailleTravaux au verger

N’attendez plus  pour cueillir : abricot, variétés « Royal », « Ampuis » ; cassis variété « Royal de Naples » ; cerise ; figue ; groseille ; noisette ; pêche ; nectarine, variété « Early Rivers » ; poire, variétés « Beurré Giffard », « Epargne » ; et prune, variété « Reine Claude d’Oullins ».

C’est l’époque des tartes et des confitures. 

Taille et pincement

 
Les arbres n’ayant pu être taillés l’hiver précédent sont maintenant soumis à la « taille lorette ». Cette taille en compensation est très efficace sur les pommiers, poiriers et cognassiers.

Après la récolte des pêches et des abricots, on procède à une taille en vert qui supprime une bonne partie des ramilles de l’année. Les bourgeons se transforment ainsi en boutons à fruits. Pincez aussi les arbres en espalier trop vigoureux.

Il est souvent nécessaire d’effeuiller les pêchers. Cette pratique, qui consiste à couper un certain nombre de feuilles autour des fruits, favorise la coloration et la maturation de ceux-ci. Opération identique sur la vigne en août.

Palissez les arbres en espalier.

Traitements phytosanitaires

Il ne faut plus tarder pour pratiquer avant la récolte les derniers traitements sur les arbres fruitiers.

Sulfatez et soufrez la vigne à 2 ou3 semaines d’intervalle. Un traitement contre le ver de la grappe est utile dans certaines régions. Utilisez, avec une grande prudence, de l’arséniate de plomb ou des esters phosphoriques.

Au mois de juillet les pucerons lanigères font fréquemment une nouvelle apparition sur les pommiers et poiriers. Traitez énergiquement avec des produits à base de parathion, oléoparathion ou malathion.

Par temps calme, pulvérisez aussi contre les pucerons noirs, les psylles et les tigres du poirier, les mouches du cerisier et les araignées rouges.

Certains arbres fruitiers, tels que les pêchers, pommiers ou poiriers, portent des feuilles de couleur jaunâtre. Il peut s’agit d’une chlorose ferrique. Dans les cas graves, pulvérisez un engrais foliaire ferrique ou bien arrosez les arbres avec du chélate de fer. Essayez d’éliminer les causes de la chlorose : mauvais drainage, porte greffe non adapté au terrain, etc.

Placez autour des troncs des arbres à noyaux une bande de glu pour attraper les larves des mouches des fruits migrant vers le sol.

Travaux divers 

Semez dans les grands vergers de l’engrais vert entre les arbres tiges : ray gras italien, vesce etc.

Bassinez en fin de journées les arbres récemment plantés ou transplantés

Refaites de temps à autres les cuvettes d’arrosage qu pied des arbres et irriguez régulièrement par temps très chaud.

Sarclages et ameublissements limitent l’évaporation, tandis que les désherbages réduisent les exportations d’eau

L’ensachage de la vigne a lieu par beau temps, après un traitement phytosanitaire. Il est encore temps de faire la même chose avec les poires et pommes d’hiver.

Greffage

A partir du 15 juillet, on commence le « greffage en écusson » ou « écussonnage » sur les espèces entrant prochainement en repos végétatif. Quelques jours avant le greffage, arrosez les porte- greffe  et les arbres fournissant les écussons. Cette pratique favorise le décollage du bois de greffon de l’écorce.

On appelle cette méthode de reproduction asexuée écussonnage « à l’œil dormant », puisque le bourgeon n’entrera en végétation qu’au printemps prochain.

Porte-greffe utilisables : pommiers paradis, poirier franc, prunier Saint Julien et Damas.

Ligaturez serré la partie greffée, car il n’y a pas de masticage.

Il est maintenant possible de supprimer les onglets sur les arbres greffés au printemps. Tranchez aussi les ligatures qui sont restées en place.

Apportez de l’engrais au pied des arbres fruitiers chargés de fruits. L’utilisation d’un « pal injecteur » (outil de professionnel) facilite la pénétration du produit dans le sol. L’engrais diffusé directement des racines est utilisé plus rapidement.

On élimine les mauvaises herbes des vergers à sol nu à l’aide de produits désherbants chimiques ou encore à la main dans les petits vergers. Le premier procédé, plus onéreux mais plus rapide, n’est recommandable que pour les vastes surfaces.

Afin d’économiser l’eau, prévoyez une bande de terre assez large au pied des arbres.

Fleurs

Anthémis, campanules, delphiniums, lavandes, mimulus et les magnifiques platycodons aux fleurs de clématites bleu lavande sont actuellement en fleurs. 

Dans les serres adossées
 

Il n’y a plus grand-chose à faire à l’intérieur de la serre. Les semis de fleurs bisannuelles sont réalisés sous châssis, ou encore en terrines dans la serre.
 

Sous châssis

Il s’agit des mêmes entretiens que pour les semis et plantations de pleine terre : arrosages, désherbages, transplantations et pincements des plantes bisannuelles et vivaces. Les vieilles couches sont démontées, le fumier mis en tas, les coffres nettoyés et remis en état et le sol désinfecté. Utilisez pour ce faire des produits efficaces du commerce, a base de malathion et d’oxyquinoléine. Un labourage préalable est nécessaire pour aérer la terre en profondeur. 

En pleine terre

  Les plantes annuelles fleurissent à qui mieux mieux ; bégonia annuel, impatience, kochia, soleil, pétunia, dimorphothéca.

Arrosages et suppressions des vieilles fleurs sont les principaux travaux du mois de juillet.

Les plantes à feuillage décoratif sont étêtées afin de faciliter l’émission de nouvelles ramifications : coleus, irésine, graphalium.

Toutes les inflorescences de ces  plantes sont évidemment supprimées : idem pour l’ »oreille d’ours ». 

Plantation, multiplication 

C’est aussi l’époque de plantation des plantes vivaces à floraison printanière.

Arrachez les vieilles plantes et divisez les souches en conservant plusieurs yeux par éclat. Labourez en profondeur le sol épuisé en y incorporant des feuilles décomposées et un engrais azoté de base : corne, sang desséché. Un engrais complet (12 -18-18 par exemple) est épandu en surface.

La plantation réalisée à la fourche bêche est suivie d’un copieux arrosage. Procédez ainsi pour les doronies, corbeilles d’or et d’argent,  penstemons, aubriettes (ou aubriétes),  thlaspis, fougères et sédum. Le bouturage de plusieurs espèces semi ligneuses est exécuté « à l’étouffée » dans  du sable tourbe humide (1-1). N’oubliez surtout pas de bien les ombrer, car le soleil brûle tous les tissus fragiles. Il s’agit des millepertuis, clématites, lavandes, hélianthèmes, abutilons, fuschias et oeillets vivaces. Comme nous l’avons déjà précisé, c’est le moment de faire les semis des bisannuelles de printemps : pensée, variétés « Zénith », bleu pur, « Géante lueur des Alpes », rouge et brun, « Cristal », floraison, précoce et variée ; pâquerette, variétés « Tapis rouge », « Stromboli » ; Giroflée quarantaine, variétés « De Verrières variée », « Jaune Diabolo », « Jaune Tom Pouce »(plante pour rocaille) ; myosotis, variétés « Des Alpes varié », « Des Alpes indigo », bleu foncé, « Bouquet bleu » ; violette aux coloris variés.

Les graines, mélangées à du sable humide pour faciliter les répartitions, sont semées  à la volée dans une terre bien préparée, fraîche et de préférence mi ombragée. Placez pendant quelques jours des châssis blanchis sur le sol pour faciliter la germination. Ils sont immédiatement éliminés lorsque les pousses vertes apparaissent. Arrosez modérément à la pomme.

N’oubliez pas  de repiquer les espèces semées le mois dernier : zinnia, balsamine, pensée.

Le désherbage est exécuté régulièrement dans toutes les parties du jardin, à la binette (allées) ou à l’aide de produits chimiques. Soyez très prudents lors de leur utilisation.  <>

Traitements phytosanitaires 

Ceux-ci se limitent à quelques pulvérisations occasionnelles contre les pucerons sur certaines plantes. Hôtes privilégiés : lupin, capucine, campanule.

Dans les autres cas, on se contente de retirer les feuilles tachées ou malades. Cependant, il est souvent utile de traiter les végétaux en balconnières ou en jardinières. Les géraniums, par exemple, sont souvent attaqués parles maladies. Apportez de l’engrais « géranium » et poudrez ou pulvérisez régulièrement toutes les trois semaines vos plantations en bacs : bégonia, tubéreux, géranium, impatience, dahlia nain.

Bulbes 

Cannas, bégonias tubéreux, lis, eremurus, montbrétias, hémérocalles et autres bulbe d’été fleurissent actuellement.

C’est encore la saison de plantation des bulbes et tubercules suivants : perce neige, narcisse d’automne, colchique, sternbergia, et leucojum.

A partir de la fin du mois, les amateurs de lis et d’aulx récoltent dans les régions précoces les bulbilles aériennes émises par les tiges de ces bulbes. Ces petits bulbes, variant en taille depuis la tête d’épingle jusqu’au petit pois, sont stockés au sec dans le noir, au frais, jusqu’au printemps prochains. Au moment de l’arrachage des bulbes de tulipes et de lis, faites aussi attention aux petits cailleux  qui entourent l’oignon mère. Semés à chaud au printemps, ils fournissent au bout de 2 ou 3 ans de nouvelles plantes identiques à leurs géniteurs désherbez les plates bandes de bulbeuses et protégez des intempéries les fleurs de glaïeuls, car elle sont très fragiles. Arrosez au pied des plantes : dalhia, glaïeul, lis amaryllie. En revanche, arrêtez l’arrosage des arums ou des zantedeschias qui entrent maintenant en repos.

Supprimez les inflorescences fanées sur les hémérocalles, les glaïeuls, les iris et les hyppeastrums, afin d’éviter la formation des graines


Arbres arbustes et gazon

Le jardin d’ornement somnole sous la douce chaleur du soleil d’été. Quelques arbres poursuivent leur floraison et répandent leur parfum : buddleia  davidii, variétés « Cardinal », rouge, « Ile de France «violet qui attire les papillons ; hortensia espèce de sous bois ; spiraea  x  billardii et spiraea  x  bumalda ; tamarix pentandra.

Arrosez les nouvelles plantations et redressez  les cuvettes d’arrosage des arbres plantés isolément si c’est nécessaire. Traitez les arbres  attaqués par les pucerons  et  les maladies. Certains conifères (thuya, sapin bleu) sont sensible à la rouille et autres cryptogames. Pulvérisations régulières toutes les trois semaines avec un produit à base de zinèbe, manèbe et mancozèbe. Supprimez les rameaux dégarnis et incinérez les.

Taillez les haies de conifères très  vigoureuses.

Apport d’engrais aux arbres arbustes et conifères, suivi d’un griffage pour l’enfouir.

Dans les régions à vents fort dominants ouest sud ouest qui inclinent les plantes tuteurez la flèche des  arbres pyramidaux (cèdre sapin bleu).CE support leur permet de croître verticalement.

Désherbez les allées et passe pieds.

C’est l’époque du bouturage de la plupart des espèces caduques. Prélevez des rameaux à demi aoûtés (à demi lignifiés)  de 15 à 20 cm, effeuillez les à la base et plantez les dans un mélange tourbe sable (1 1) en caissettes ou en pleine terre. Des arrosages réguliers assurent un enracinement en 4 à 6 semaines. Utilisez des hormones de croissance : Rootone, Transplantone, en poudre ou en liquide pour faciliter l’enracinement.

Rosiers

La période de floraison des rosiers remontants se prolonge. Le soir, bassinez et arrosez abondamment les rosiers des corbeilles et plates bandes très exposées. Paillez ou remettez en place les paillis du moi de mai. L’évaporation sera limitée et la croissance des adventices gênée.

Supprimez les fleurs fanées et taillez les rosiers non remontants. Coupez les drageons ou gourmands accapareurs de sève. Si vous désirez de plus grosses roses, ébourgeonnez les rosiers à grosses fleurs.

Lorsque vous partez en vacances, coupez toutes les fleurs et offrez les au voisin. Tourbez sur 3 cm d’épaisseur et arrosez abondamment. Apportez de l’engrais en granulés au début du mois (engrais « rosiers ») autour de chaque plantes (griffage).

C’est aussi le moment de traiter les rosiers contre leurs ennemis. Vous pouvez utilisez des bombes aérosols « Total » , des poudreuses à main « rosiers » ou encore des produits liquides à pulvériser .

Le choix du procédé dépend du nombre de plantes à traiter.  Par exemple, sur un balcon ou une terrasse, utilisez des produits pré conditionnés et jetez ensuite les emballages vides. N’oubliez pas que les bombes aérosols contiennent du gaz sous pression et qu’elle craignent la chaleur et vieillissent vite.

A la suite d’un printemps pluvieux, placez des appâts an limaces aux points stratégiques de votre roseraie et des massifs de fleurs.


A noter de nombreux insectes ainsi que les mollusques se cachent pendant la nuit sous les broussailles et dans les feuilles mortes. Placez en tas, dans un endroit peu visible, quelques branches et des paquets de feuilles. Au bout de quelques jours, vous récolterez à la main les parasites et vous les détruirez facilement. Le greffage en écusson «  à œil dormant » est réalisé à partir de la fin juillet. Généralement, cette méthode de multiplication consiste à placer au niveau du collet un œil avec le pétiole de la feuille sous l’écorce du porte greffe. Quelques semaines avant le greffage, réservez les yeux les mieux développés d’un rameau vigoureux d’une variété intéressante. Arrosez bien la plante  et éliminez en les parasites.

Quelques semaines plus tard, on est assuré de la réussite de la greffe en écusson lorsque la section de pétiole mise en place avec l’écusson se déssèche et  tombe.

Gazon 

Passez régulièrement la tondeuse puis arrosez le gazon. Evitez de piétiner les surfaces herbeuses fraîchement tondues.

Si votre pelouse héberge des taupes (qui recherchent la fraîcheur), posez des pièges à taupes le matin de bonne heure ou utilisez des bombes fumigènes. Avant de commencer ce travail, éloignez les enfants et les animaux domestiques.

Un bon épandage d’engrais est réalisable, fin juillet, après une forte pluie ou un arrosage prolongé. Utilisez de préférence un épandeur d’engrais, en prenant soin de ne pas passez plusieurs fois au même endroit. Arrosez ensuite.

Si c’est nécessaire, partez en guerre contre les rongeurs du jardin avant qu’ils n’entrent dan,s la maison. 

Plantes aquatiques

Les grosses chaleurs créent parfois des déficiences en oxygène dans l’eau des bassins et des pièces d’eau.

Lorsqu’il s’agit d’un petit bassin, brassez l’eau avec un bâton en faisant attention à ne pas blesser les poissons.

Ailleurs, faites circuler l’eau à l’aide d’une pompe en circuit fermé (jet d’eau cascade) ou bien arrosez au jet.

Plantez  maintenant dans les régions froides les lotus et les papyrus.

Dans les vieilles plantations, déposez des boulettes de terre additionnée  de bouse de vache au pied des plantes immergées.

Traitez les nénuphars et nymphéas contre les pucerons avec un produit spécial non toxique pour les poissons. C’est aussi l’époque pour creuser de nouveaux bassins ou étangs. Colmatez les berges avec de la marne et disposez les rochers, les cascades et gués. 

Matériel 

L’entretien se limite à la conservation en bon état de marche des outils de tonte et d’arrosage.

Après avoir été nettoyé et désinfecté, le fruitier commence à recevoir les produits frais du jardin.