bann3
Cliquez sur la bannière pour revenir à l'accueil


Travaux de juin


Climat 

Les beaux jours sont maintenant bien installés. Le jardinier amateur quitte avec regret la partie décorative du jardin pour se consacrer aux soins et aux travaux du potager et du verger. En moyenne, la température reste élevée. Elle atteint sous abri 25°C à Lille, et peut dépasser cette intensité  plusieurs jours de suite à Nantes, Paris, Strasbourg et Toulouse. Quelques orages ponctuent les beaux jours de leurs éclairs, mais ils sont brefs, et la terre se dessèche vite. Il faut arroser et récolter sans tarder, car les grosses chaleurs arrivent avec le mois de juillet et août.

« Mai, l’herbe couve, et juin  la couve. » 

Soins généraux 

Les travaux potagers se transforment en récolte, et les maraîchers amateur sont fiers de leurs cueillettes. Les beaux légumes sont sélectionnés pour la conserve, et les ménagères se dépensent sans compter pour ne rien perdre des cadeaux du jardin.

Le verger propose ses fruits ; pêches, abricots, petits fruits, cerises et fraises font le régal des gourmets, des oiseaux et des abeilles.

Quelques traitements au jardin d’ornement ramènent les jardiniers aux dures réalités quotidiennes. La « lutte pour la vie » se poursuit même par beaux temps, et les roses ne sauraient accepter la compagnie des pucerons ou des chenilles défiolatrices.

Tontes et arrosages font la ronde sur la pelouse qui n’arrête pas de verdir et de pousser. La multiplication des plantes ne doit pas être oubliée, mais passe actuellement au second plan.
 

Travaux au potager

concombresMunissez vous d’un panier en partant au jardin, car c’est le moment de récolter les légumes semés le mois précédents. Coupez les artichauts avec les feuilles à peine ouvertes. Les carottes, les oignons blancs, les radis et les salades sont arrachés avec leur racine. Elle est supprimée aux scaroles, laitues et choux fleurs de printemps. Trempés dans l’eau, les légumes peuvent être conservés deux jours sans se faner les fraises sont cueillies à part et immédiatement consommées, car elle « tournent «  très vite par temps d’orages.

Semis sous châssis

Tous les châssis sont maintenant rangés en piles au bout des rangées de coffres. Le terreau des vieilles couches nourrit les jeunes plantations ou les semis en pépinière.

Repiquez dans du terreau nourrissant : céleri à côte, chicorée frisée et scaroles semés en mai. Les aubergines repiquées e mai  végètent vigoureusement dans les couches à côté des melons et des tomates. Arrosez ici modérément, car le substrat retient l’eau et peut provoquer la pourriture.

 En pleine terre 

Si vous possédez un coin mi ombragé, semez maintenant en place : arroche, carotte (qui arrivent à maturité en septembre), chicorée frisée, chicorée « Witloff » (ou endive), radis et haricot. Différentes variétés de haricots végètent maintenant très bien et mûrissent en quelques semaines (août septembre) : « Mange tout Constant », à grain beige ;  « Adrian », à consommer en filets ; « Supermétis » ; « Brunot » ; « Mange tout précoce ». 

Evitez d’utiliser  du fumier frais et de semer dans une terre récemment chaulée qui fait durcir la gousse.

Semez les derniers pois pour les récolter avant la fin de la saison : « Centurion », à grain ridé, « Onward », qui résistent à l’oïdium. La durée moyenne de culture est de 70 à 80 jours.

Plantez en pleine terre, les légumes semés en avril mai : céleri à côte chicorée frisée et scarole, chou d’automne « Ice Queen », chou de milan bien pommé « Gros de Vertus » très productif ; poireau et tomate.

Ce dernier légume, avec le melon et le concombre, demande à être taillé et ébourgeonné régulièrement.

 

Taille de la tomate

1. taille sur une tige : les tuteurs des tomates (1.30 m de hauteur) supportent les plantes étêtées au dessus du deuxièmes bouquet est ensuite conservé une des deux prolongements produits par l’œil axillaires, l’autre étant supprimé.

2. Taille sur deux tiges : l’autre solution consiste à palisser les deux tiges issues du pincements effectué à 20 cm du sol sur deux rangs de fil de fer horizontaux écartés de 30 cm. L’étêtage définitif est aussi réalisé au dessus du troisième bouquet. Toutes les ramifications secondaires sont supprimées au fur et à mesure sur les plantes taillées sur une ou deux tiges. Ce  travail fastidieux est réalisé avec des gants, car la sève concentrée de la tomate est toxique.

Nouez les feuilles de l’ail pour aider au grossissement des bulbes.

Semez sans tarder : oignon jaune, carotte d’hiver et navet d’hiver, variétés « Blanc dur d’hiver », « De Péronne ». Eclaircissage, une semaine plus tard.

Traitements phytosanitaires
 

Il est utile d’apporter en cours de croissance des légumes, par exemple lors d’un binage ou d’un sarclage, un engrais azoté (16-8-8) sur les cultures se prolongeant plusieurs mois : poireau, oignon, chou ou légume phospho potassique concombre, tomate.

C’est au printemps que les limaces et les escargots sont les plus actifs. Epandez dans des coupelles spéciales des molluticides (appâts anti limaces). Protégez les granulés des intempéries.

Les parasites des cultures potagères sont combattus à l’aide de traitements mixte (insecticide et fongicide) ou spécifiques (insecticide seul).

Faites un traitement mixte pour les melons, concombres, tomates, oignons et haricots contre l’oïdium,  l’anthrachnose, le mildiou, la rouille, les pucerons et mouches thrips.

Traitez les asperges contre les criocères ; les pommes de terre contres les doryphores ; les carottes contre les mouches et les psylles.

Protégez les cultures de petits pois contre les passereaux, très friands des jeunes pousses. Plusieurs procédés sont employés : fils de laines blanches, épouvantail ou filet de protection. Les files plastiques sont très pratiques.

 

TRAVAUX  AU VERGER


Récolte et cueillette

 

Les abricotiers, les cerises (bigarreau « Marceau », « Reine Hortence » et « Napoléon ») et les premières pêches font parties des récoltes journalières. N’oubliez pas de ramasser les groseilles à grappes et à maquereau et les cassis.

Taille et éclaircissage

Eclaircissez les pêches trop serrées sur les arbres vigoureux, laissez six à huit fruits par mètre de charpente. Procédez  de même pour les poires et les pommes. Ensachez les fruits de haute qualité après un traitement antiparasitaire. En outre, continuez les pincements des extrémités des rameaux trop longs des poiriers et pommiers, sauf le prolongement évidemment.

Les rameaux coupés et les fruits tombés sont incinérés sans plus attendre.

Lors de l’ensachage annuaire sur les rameaux porteurs de fruits. 

Travaux d’entretien


Lorsque les précipitations restent trop faibles, arrosez les végétaux nouvellement plantés. Sarclez autour des arbres afin de limiter l’évaporation. Lorsqu’il fait très chaud, un bassinage matinal est le bienvenu sur les arbres de plein vent.

Les apports d’engrais azoté sont stoppés après le 15 juin, sous peine de faire tomber les fruits par excès de nourriture. En revanche, préparez le sol pour les semis des engrais verts des mois prochains. Protégez les jeunes pousses issues des récents greffages par un léger ombrage.


Traitements phytosanitaires
 

La lutte contre les pucerons, les cheimatobis, les hyponomeutes et les mouches du cerisier se poursuit activement.

Une méthode efficace contre les mouches consiste à poser des pièges à mouches. Attirées par l’odeur, elles se noient dans le liquide. Traitez avec des produits à base de parathion avec prudence. De toute façon, arrêtez les traitements trois semaines avant la récolte des pêches variétes « Amsden », « Red Haven » ; des cerises, variétés « Bigarreau », « Griotte de Montmorency » ; des prunes et des poires, variétés « Beurré Giffard ». N’hésitez pas à laver les fruits douteux ou traités trop tardivement.

Le sulfatage et les traitements à base de soufre sont efficaces, mais parfois de faible rémanence contre la tavelure, le mildiou et l’oïdium. Plusieurs traitements en juin et juillet, répétés tous les quinze jours ou trois semaines, suppriment tous les risques de contamination. Certaines années, cela devient très onéreux de combattre les ennemis des fruits. Il faut alors ne pas oublier que les produits antiparasitaires utilisés en trop grande quantité sont d’une certaine manière polluants. Sachez alors accepter quelques taches sur les fruits et limiter les traitements au minimum.

La chlorose n’est pas une maladie, mais une mauvaise assimilation du fer par les plantes. Elle est combattue par un apport ou une pulvérisation de chlorate de fer. Les causes de chlorose étant très nombreuses, il arrive que les arbres jaunissent par manquent d’eau ou au contraire par excès d’arrosage. Cherchez à déterminer les causes de cette décoloration et à les supprimer. Il s’agit parfois d’une fuite de gaz à proximité des racines ou d’un desherbage malencontreux. 

FLEURS

En serre adossés 

Les aérateurs sont maintenant ouverts au maximum. Sortez toutes les plantes d’appartement en pots résistantes et placez les à l’ombre dans un endroit calme du jardin d’ornement : caoutchouc, clivia, aspidistra, palmier. Enterrez les pots jusqu’au bord et arrosez régulièrement.

Lorsque vous avez le temps, grattez et repeignez les parties en bois et métallique de la serre, sans oubliez les tuyaux de chauffage.

Sortez les plantes vivaces et annuelles des châssis et transplantez les dans les plates bandes prévues à cet usage : coleus, lantana, géranium


Pleine terre

 

Si vous ne l’avez déjà fait, il est temps de labourer et d’ « engraisser » les corbeilles et parterres destinés aux annuelles. Bêchez à un fer de bêche de profondeur en incorporant : terreau, fumier (ou fumier déshydratés), engrais azoté de fond et engrais complet pour les plantes annuelles. Egalisez la terre à l’aide d’un croc et d’un râteau. Les mottes sont cassées avec le dos du râteau, tandis que les cailloux sont ramenés dans l’allée et jetés dans un trou de celle-ci.

La plantation a lieur à l’aide du plantoir, à une distance de 15 à 25 cm suivant espèces. Disposez les plantes en quinconce afin de mieux utilisez la surface, en commençant par la ligne du centre. Mettez en place : bégonia annuel, variétés « Châtelaine », rose ; « Carmen », rose vif, ou « Prague », blanc ; calcéolaire rugueux ; irésine ; coleus.  Bornez (serrez) bien les plantes et affermissez la terre par un arrosage au goulot dans les trous de plantation. Deux mois plus tard, apportez de l’engrais liquide ou en granulés. Quinze jours après la plantation, remplacez les plantes mortes.

 

Semis en place

 

Certains jardiniers préfèrent semer directement en place les plantes annuelles dès la fin mai. Dans une terre bien préparée et fraîche, semez à la volée ou en ligne, suivant les espèces, les plantes à végétation rapide fleurissant avant les froids d’automne : alyse odorante, variétés « Tapis de neige », blanc pur « Tapis royal », blanc ; « Nuit d’Orient », violet foncé ; balsamine ; maïs décoratifs ; némophile, soucis. Lorsqu’ils sont cultivés sur un treillage ou un grillage mitoyen, les haricots d’Espagne protègent des regards indiscrets.

Les graines affermies au sol, recouvertes d’une fine couche de terreau, arrosées, germent en quelques jours. Elle sont ensuite éclaircies pour leurs permettre de bien se développer. Après un copieux arrosage, arrachez les mauvaises herbes.

Ceux qui possèdent des jardinières vides pratiquent de la même façon : semis à la volée, puis éclaircissage.

Si vous désirez cueillir es fleurs coupées pour garnir les vases de la maison, réservez un coin du jardin à la culture des fleurs à couper. Les semis et les travaux d’entretien restent les mêmes que pour les fleurs des parterres.

La reproduction par semis des plantes vivaces et bisannuelles se poursuit : œillet de poète ; ancolie, variétés « Etoile variée », « Libellule » ; lupin ; campanule ; rudbeckia ; hélénie, variétés « Myosotis » ; pensée, variétés « Géantes iceberg », « Géantes lac de Thoune », « Géante lueur des Alpes » ; viola (grande violette cultivée).

Trois semaines plus tard, terreautez, arrosez, éclaircissez. Le repiquage a lieu en automne, sur couche ou en pleine terre, suivant les régions.

Les plantes bisannuelles qui défleurissent maintenant sont arrachées et remplacées par des fleurs de saison : pétunia, géranium, sauge. Supprimez aussi les inflorescences défleuries des plantes vivaces et pincez celles refleurissant en automne

Arrosez abondamment toutes les espèces en pleine végétation. Paillez les vivaces récemment mises en place et procédez  régulièrement au désherbage.

Si vous partez en vacances : supprimez tous les boutons floraux de vos plantes et terreautez les sols avec de la tourbe. A votre retour, elles seront en pleine gloire sans avoir trop souffert de la chaleur.

Bouturez en vert les fushias et les autres plantes décorant les parterres. L’enracinement est assez  rapide. Pincez sans attendre afin de faciliter la ramification.

Les chrysanthèmes cultivés en pleine terre sont arrosés à l’engrais après un arrosage à l’eau pure, et traités contre les nombreuses maladies de cette plante.

Ceux qui fourniront des potées fleuries sont rempotés et régulièrement arrosés à l’eau et à l’engrais (2 à3 g/ litre). Il s’agit d’un  engrais complet à proportion importante en potasse et phosphate. Placez les pots en plein soleil pour l’été

 

Bulbes

 

Les iris aux fleurs délicates fleurissent abondamment fin mai et tout au long du mois de juin.

Citons ici pour mémoire quelques variétés remarquables : « Accent », bicolore jaune et rouge pourpre brillant ; « Matinata », violet pourpré foncé, très sombre ; « Granada gold », grosse fleur jaune satiné.

L’époque de plantation des iris s’étend depuis fin juin jusqu’au début de l’automne. Bien établis avant les grands froids, ils fleurissent abondamment au printemps suivant.

Plantez jusqu’au 10 juin les derniers glaïeuls (floraison à l’automne).Traitez les contre les thrips, à l’aide d’un insecticide efficace du commerce.

Les dahlias, maintenant bien développés, doivent être ébourgeonnés, en particulier ceux destinés à la fleur  à couper. Gardez un seul bourgeon terminal et supprimez les bourgeons axillaires. Cette opération n’est évidemment pas utile pour les dahlias annuels de semis, décoratifs par leurs nombreuses fleurs. Arrosez abondamment tous les bulbes d’été et tuteurez les hampes florales des plus grands

Apport d’engrais sur les dahlias, bégonias tubéreux, cannas, glaïeuls et lis

Arrachez les bulbeuses de printemps donc le feuillage à jauni : narcisse, jacinthe, crocus, tulipe hâtive.

Si vous avez besoin de place pour les plantations estivales, soulevez les bulbes avec une motte de terre accrochée aux racines. Laissez les ensuite terminer leur cycle végétatif à l’ombre. La couleur des feuilles vous indique l’état de maturité des bulbes. Attendez leur complète déshydratation pour les nettoyer, les désinfecter, les ranger au sec sur des clayettes dans un coin de la cave

Ces derniers, qui possèdent une gamme d’espèces très vaste, devraient être plus souvent cultivés par les jardiniers amateurs A côté des les royaux, il existe des espèces remarquables, de cultures facile : lilium speciosum rubrum,  lilium longiflorum « White  Queen », lilium tigrinum « Splendens », ou encore des variétés d’origine américaine type Mid century hybrid : « Enchantement », rouge capucine vif ; « Impérial Crimon » blanc et cerise ; « Moonlight » couleur d’or.

Soins et traitements phytosanitaires

C’est au mois  de juin que se reproduisent la plupart des ennemis des plantes ornemental, a fortiori lorsque le temps est pluvieux ? Ne différez donc pas les traitements antiparasitaires. Traitez les plantes vivaces contre pucerons, cochenilles et maladies crytogamiques (fusarioses), à l’aide de produits mixtes efficaces du commerce et, si possible, peu polluants (à l’aide de roténone, pyrèthre). On utilise, dans les petits jardins, des boîtes poudreuses du commerce. Pour les traitements plus importants, on se sert d’un pulvérisateur à main ou ç pression préalable.  <> 

ARBRES, ARBUSTES ET GAZON

Les arbres en fleur ne se comptent plus pendant le mois de l’été : spirée, abélia à grandes fleur, cotoneaster, deutzia, seringa.  <> 

Travaux divers

Les plantes étant en pleine végétation, il n’y a pas grand-chose à faire au jardin. Binages et arrosages vers la fin du mois réclament quelques heures par semaine. En revanche, il est indispensable de tailler les haies décoratives. Un cordeau tendu à la bonne hauteur sert de guide et évite de former des haies « ventrues » fort inesthétiques.

Apportez de l’engrais aux arbres et arbustes d’ornement ainsi qu’aux conifères. Cela est surtout important pour les haies anciennes.

Le désherbage à l’aide de produits sélectifs est souvent bien pratiques au pied des arbustes touffus.

Tuteurez les espèces à port érige.

Taille et bouturage

Seules les espèces à floraison printanière sont nettoyées de leurs inflorescences fanées. Profitez en pour redonner une forme aux arbuste décoratifs et pour éliminer une branche mal située : groseillier à fleurs, forsythia, rhododendron.

C’est en juin que sont exécutés la plupart des bouturages de plantes ligneuses arbustives. On utilise des rameaux non aoûtés (non lignifiés), de 5 à 10 cm de long, dans du sable humide, sous cloches ou châssis.

Une humidification permanente (bassinage) est nécessaire pour permettre l’enracinement. Ombrez l’après midi. Après l’enracinement, on habitue progressivement les plantes au grand air et elles sont repiquées en pépinière pour une année encore.

taille


Rosiers


C’est encore le mois des roses.

Traitez les contre les parasites qui sont devenus très nombreux à cette époque de l’année. Pulvérisez contre l’oïdium, les pucerons,  les araignées rouges (si le temps reste sec très longtemps), les chenilles défoliatrices, les cochenilles, les cétoines dorées et la chlorose. Les produits spécifiques « rosiers » du commerce rendent dans ce domaine de grands services. Néanmoins, utilisez les avec discernement et sans exagération, sous peine de provoquer des catastrophes irréparables : brûlures des racines par excès d’engrais ou brûlure par phytotoxicité.

Gazon


Il devient maintenant indispensable d’arroser les pelouses. Procédez de préférence le soir et vérifiez (avec un pluviomètre par exemple) que le sol est suffisamment humidifié.

Deux tontes hebdomadaires sont parfois nécessaires vers la fin du mois. Surveillez l’état sanitaire des vieilles pelouses et protégez d’un piétinement excessif les jeunes semis.

 

Plantes aquatiques


C’est pendant l’été que l’on apprécie le mieux la beauté d’un bassin ou d’une pièce d’eau. Plantez et mettez en place, si cela n’est pas déjà fait, plantes flottantes et immergées. Ne placez pas trop de plantes dans les petits bassins. Voici quelques exemples de densités préconisées par les professionnels :

Grenouillette : 1 à 5 plantes par m² ;

Iris (en bordure) : 5 à 10 plantes par m² ;

Jonc fleuri (en bordure) : 10 à 15 plantes par m² ;

Nénuphar : 1 à 3 plantes par m² ;

Lotus : 1 plante par m².

Les plantes des bords humides : astilbe, iris, rodgersia, trolle, sont plantées de 30 à 50 cm en tous sens pour qu’elles ne se gênent pas.

Si vous possédez un très grand jardin, plantez sur son bord un Gunera manicata.  Cette plante à souche importante ressemble à une énorme rhubarbe et possède des feuilles annuelles d’environ 2.5 m de largeur. On ne peut évidemment rien planter sous ces géants !...

N’omettez pas de planter des fougères sous les arbustes, près des points d’eau.

 
Travaux divers
 

Désherbez les allées à l’aide d’un produit du commerce en respectant les doses d’emploi. N’oubliez surtout pas de bien rincez l’arrosoir après usage. Les outils les moins polluants restent encore la binette et la serfouette
  <> 

Matériel

Nettoyage, entretien et réparation sont les seuls travaux du mois. Profitez des beaux jours pour repeindre les barrières, les séparations et l’abri du jardin où vous ranger vos outils. Restaurez les murets de pierres sèches ou les murets cimentés.