bann3
Cliquez sur la bannière pour revenir à l'accueil

Travaux de mars



Climat
 

La nature émerge doucement de son repos hivernal, mais le temps conserve son instabilité et il faut rester très vigilant au changement brusque de luminosité : la température chute de plusieurs degrés en quelques minutes lorsque le soleil se cache. « De mars crains la pluie, crains le brouillard, neige vent et soleil. »
Le printemps est au calendrier, or l’hiver est encore présent. Certaines années, les gelées nocturne deviennent dévastatrice : «  fleurs de mars guère de fruits ne mangeras. »Il peut faire seulement +1°C à Strasbourg et +5 °C à Toulouse.
Essayer de prévoir l’intensité des gelées en plaçant un pagoscope à l’endroit le plus froid du jardin, là où les courants d’air sont généralement mortels pour les boutons floraux. Couvrez bien les serres et châssis, mettez en marches les brûlot ou chaufferette de votre verger lorsque les gelées sont à craindre. Couvrez les plantes fragiles du jardin d’ornement : agapanthe,  gynérium et autre.

Soins généraux

Comme le disait le poète, le mois de mars est une période de préparation du jardin avant l’arrivée des beaux jours :
« Mars qui rit malgré les averses
Prépare en secret le printemps. »

Par beau temps, on peut longuement aérer les châssis, les cloches et la serre tempérée pour facilement le durcissement des jeunes plantes destinées aux plantations extérieur.
Les semis de légumes et de fleurs se succèdent pendant tout le mois, tandis que les repiquages ne doivent plus être différés.
C’est aussi l’époque des dernières plantations dans les régions à climat chaud et des premières tulipes, narcisse et muscaris ailleurs.
La taille de fructification des arbres fruitiers doit être achevée sans délais ainsi que les traitements d’hivers.
Au jardin d’ornement, le gazon reçoit ses premiers soins : aération, tonte, engrais dans certaines régions, alors que chez les plantes les trous produits par les frimas sont rebouchés par de nouvelles plantations.
Il n’est pas encore trop tard pour tailler certains arbustes à floraison estivale. Profitez en pour apporter de l’ « engrais pour arbuste » au pied des haies.

TRAVAUX AU POTAGER

 Semis

Les semis du mois dernier ont maintenant beaucoup grandi, et il devient nécessaire de les repiquer en pépinière ou même en place  dans les jardins à microclimat favorable.
Le planning du maraîcher, vrai « livre de bord » de culture, nous indique quel sont les légumes à transplanter et l’endroit du potager préparé à cet effet.
Lorsque cela devient possible, arrêtez le chauffage puisque le soleil apporte sa chaleur gratuite. Aérez quand la température devient trop élevée dans les serres et sous les châssis.

Sous châssis

Les artichauts n’aiment pas les terres lourdes et froides, il est nécessaire de les multiplier sur couche. Plantez les oeilletons dans du terreau nourrissant, profond. Lorsqu’ils seront bien démarrés, le mois prochain, vous les planterez en pleine terre.
C’est aussi l’époque des semis des légumes suivants aubergine, variété « prélane », céleri à côte (si vous ne l’avez déjà  semé en février) ; chou, variétés « clause premier », « Très hâtif de Louviers », « Mascotte » ; piment. Ces semis en pépinière germent rapidement et sont ensuite repiqués sur couche tiède à partir de la fin du mois. D’autre végétaux réclament une température plus élevée, de 20 à22 °C : il convient donc de semer sur couche chaude, récemment refaite avec du fumier (après le « coup de feu » évidemment) ou dans des coffres à chauffage électrique réglable. Il s’agit des chicorées frisées et des scaroles, variétés « De Ruffec », « Géante maraîchère » ; des concombres, à une température de 25 à 30 °Cet des melons, variétés « Cantor », « Cristel ». Ces deux derniers légumes végètent aussi très bien en godets (ou en pots de yaourt). Placez plusieurs graines par pot enterré dans la couche. Vous sélectionnerez ensuite le meilleur plant (pour le melon, plantation en avril mai).

Les semis de février

Les semis du mois dernier : chou fleur, salade (laitue pommée de printemps), tomate sont repiqués sur couche tiède, dans un substrat neuf, profond et préparé depuis quelque jours. Arrosez modérément et aérez aussi souvent que possible.

Pour une deuxième série de semis

Lorsque vous désirez réaliser une deuxième série de semis de ces légumes, procédez comme en février. Vous pouvez semer en mélange très clair radis et laitues. Les premiers, qui arrivent à maturité en avril mai (après 45 à50 jours de culture), laissent la place libre aux salades variétés de radis à forcer : « Kader », « Gaudrin », « Belino », « Flamingo ».

A noter : le repiquage des tomates est réalisé en terrines ou sur couche. « Habillez » (taillez) légèrement les racines ; plantez les ensuite assez profondément.

Pleine terre

La terre des carrés du jardin bien préparée et engraissée avec un engrais complet pour recevoir quelques  légumes peu frileux. Recouvrez les jeunes plantations  avec des tunnels mobiles (dits « hollandais » ou anglais ») pendant les premiers jours.

L’arroche, les betteraves rouge variétés « Globe » et « Nobel », les carottes hâtives, le cerfeuil,  le cresson alenois, les épinards,  l’estragon, les navets variétés « De milan rouge », « Blanc rond de Jersey », l’oseille et les scorsonères sont semés en place sur côtières ou dans des plates bandes bien exposées au pied d’un mur face sud.

Si votre terre est lourde ou si vous habitez une région à climat frais, attendez 15 jours pour commencer vos semis. Recouvrez toujours les graines d’une fine couche de terreau très finet plaquez les graines au sol (plombage). Recouvrez vos semis avec un film en plastique jusqu’à l’apparition des premières pousses vertes.

A noter : un truc de vieux jardinier pour hâter la germination des semences. Les graines placées dans une boîte métallique bien propre avec du sable humide sont remuées  et roulées plusieurs fois par jours. Gardez la boîte dans une pièce chaude. Le semis a lieu aussitôt que les graines commencent à éclater. Le terreau doit être très meuble et un peu humide. Pas de plombage.

Les petit pois et les pois à rames

Le semis des petits pois et des crosnes du Japon (légume au goût très fin mais peu connu) est réalisé en poquet. Voici quelques variétés de pois nains à écosser à semer en mars : « petit provençal », « Précovil », « Vilvence » grand vert, hauteur moyenne 0.45 à0.60cm, « Télévision » à grains ridés.
La culture des pois à rames n’est pas plus difficile que celle des pois nains. Les rames, constituées avec des ramilles très branchues d’arbustes de votre jardin d’ornement, sont placées après la levée des pois.
Les fraisiers sont plantés en pleine terre, dans un sol humifère et sableux, nourri avec un fumier bien décomposé et un engrais phospho potassique de fond. Placez bien les racines vers le bas..
Quelques semaines plus tard, un apport d’engrais de nitrate de soude est recommandé pour faciliter le départ de la végétation.

Traitements phytosanitaires

Les parasites de cultures légumières n’ont heureusement pas encore eu le temps d’attaquer vos plantations. Le champignon botrytis responsable de la « fonte des semis » est  détruit par le traitement  du terreau avant le semis avec un produit à base  de thirame ou de quintozène.

A noter : la cianamide de chaux qui contient 20%d’azote et 50 à 55 %de chaux active a une action polyvalente : elle fertilise sous  forme d’azote et de chaux, mais aussi désherbe,  tue les mauvaises herbes et désinfecte en détruisant un bon nombre insectes.

TRAVAUX AU VERGER

Les travaux du mois de mars font encore partie de ces travaux préparatoires essentiels à la bonne conduite d’un verger en pleine santé.

Il faut exécuter sans tarder les dernières tailles et les traitements phytosanitaires de fin d’hiver.

Plantation

Les dernières plantations doivent avoir lieu sans attendre, car les boutons floraux commencent à éclater et les fleurs apparaître. Plantez jusqu’à la fin du mois, sans oublier de protéger le tronc des arbres avec un manteau de paille et de bien les arroser. Si l’insolation est réellement trop intense, le bassinage est poursuivi jusqu’en mai.
N’omettez pas de tuteurer ces arbres qui vont se couvrir de feuilles et peut être de fruits avant d’avoir émis un nouveau système radiculaire stabilisateur.
Arrosage et paillage, si nécessaire, des plantations des mois précédents.

On enfouit au moment du débourrement (début de l’éclatement des bougeons), par bêchage superficiel au pied des arbres et par griffage  énergique un engrais complet, riche en azote (par exemple : 16- 8- 8), ou de l’ammonitrate à 20%. Cependant, il est recommandé d’apporter, au moment de la plantation, un engrais phospho -potassique à action lente dans le fond de la jauge (par exemple : 4-12-20).
Après une forte production fruitière,  apportez de l’engrais directement au niveau des racines. Creusez alors une tranchée de 30à50 cm de profondeur à l’aplomb de la couronne. Cela est indispensable pour les apports de potasse et de phosphate qui ne migrent pas, c'est-à-dire qui ne se répandent pas dans le sol à la suite de pluies ou d’arrosages.

Taille, greffage, marcottage

Les travaux de taille doivent être terminés dans les meilleurs délais : les boutons floraux gorgés de sève deviennent extrêmement fragiles et cassent au moindre contact. De plus, une taille trop tardive affaiblit les arbres fruitiers dont les réserves ont déjà migrées vers l’extrémité des branches.

Taillez sans attendre les arbustes à petits fruits : groseillier, framboisier, cassissier, myrtille.

Vigne

C’est aussi la bonne époque pour tailler la vigne. La fructification ayant lieu seulement sur les rameaux de l’année en cours, il faut rabattre les long sarments à quelques yeux seulement. En règle générales et suivant les variétés, c’est les deuxième, troisième et quatrième yeux au dessus des yeux stipulaires appelés «  bourillons » qui fournissent des yeux fructifères. Il convient donc de tailler, sur le quatrième œil les variétés à « Gros bois » (« Frankental », « Muscat ».Cette pratique permet d’obtenir sur chaque courson (ramille) un rameau fructifère et un rameau de remplacement.
Les tailles et pincement dans le courant de l’été favorisent la montée à fruits.

Taille du pêcher

Dans certaines régions, c’est aussi l’époque de la taille du pêcher. Ce travail a pour objet de :

- supprimer le bois ayant fructifié l’année précédente;
-favoriser la mise à fruits des rameaux nés l’année précédente ; porteurs de boutons à fleurs ;
-provoquer l’émission de ramifications de remplacement pour l’année suivante.

Pour simplifier, disons qu’il faut rabattre les ramilles en puissance de fructifier de façon que :

-les yeux inférieurs (généralement deux) donnent des rameaux de remplacement ;
-les yeux médians produisent des fruits ;
-l’œil terminal serve de « tire sève ».

Profitez des travaux de taille pour dépalisser et repalisser vos arbres conduits en espaliers. Les ligatures sot exécutées à l’aide de raphia ou de rameaux d’osier frais tous les 30 à 40 cm. Les branches doivent garder un port naturel et esthétique.
Lorsque les opérations de greffage n’ont pas été réalisées au mois de février (dans les régions à hiver doux), il ne faut plus tarder pour greffer les pruniers, les abricotiers et les cerisiers : greffe  en fente.
Le marcottage de la vigne reproduction asexuée très simple, consiste à coucher un ou plusieurs rameaux  sarmenteux non détachés du pied mère dans le sol. Maintenus en place sous terre plusieurs semaines, ils émettent des racines adventives. Celles-ci rendent bientôt autonomes les rameaux qui sont alors détachés de la plante mère. Transplantés dans un autre endroit du jardin, ils produiront des fruits dans deux ou trois ans.

Traitements phytosanitaires

Les parasites des arbres fruitiers doivent être anéantis avant les premières chaleurs de printemps, car œufs, larves, spores et individus endormis n’attendent que les beaux jours pour redevenir actifs.
Les traitements insecticides du mois de mars détruisent les larves d’insectes hivernant sous l’écorce et dans les anfractuosités du tronc et des branches : anthonomes du poirier et du pommier, carpocapses, cécidomyies  des poirettes. Ces insectes s’introduisent dans les boutons floraux soit au stade pré floral, soit encore au cœur même de la fleur et les rongent par l’intérieur. Les chenilles déformatrices ainsi que les premiers pucerons subissent le même sort. Les acariens ne font pas encore de gros dégâts, mais ils sont attaqués par les produits spécifiques acaricides.
Les produits de traitements insecticides pour pulvérisation contiennent généralement du lindanes, du parathion et du malathion. Préparez des bouillies assez épaisses et pulvérisez  les à pression constante, en commençant par le bas et l’intérieur de l’arbre. Redescendez ensuite par l’extérieur de la ramure.
Les fongicides sont généralement utilisés en association avec les insecticides. Grâce à des traitements préventifs exécutés au moment de la floraison ou de la chute des pétales, on réussit à détruire des spores des maladies cryptogamiques de la tavelure, du coryneum et de la cloque des pêchers.

A noter : ces traitements complètent les autres travaux de nettoiement réalisés au moment de la taille : suppression des branches malades et des nids de parasites »boules de culs bruns ».

Désherbages

Employez pour le désherbage des allées et des passages piétonniers ou carrossés des produits désherbants liquides, en poudre ou en granulés. Cette dernière méthode, peut être un peu onéreuse que les autres, offre néanmoins l’avantage de localiser le produit à un endroit bien précis. Utilisez une rampe d’arrosage comme arrosoir pour les petites surfaces.

Arbres, arbustes et gazon

Les arbustes déploient leurs fleurs printanières et se couvrent  de mille pétales : forsythia, groseillier à fleur sont de lafête. L’hamamélis et le cornouiller poursuivent leur floraison commencée le mois précedent.

Plantation

Les végétaux ligneux au sortir de leur léthargie, reçoivent un engrais azoté qui permet un bon démarrage : des produits spécifiques pour arbustes et haies.
Au moment de la plantation, dégagez les collets de l’emballage (sac de jute, filet plastique, tontine de paille) des arbustes livrés avec leur motte. Attention à ne pas casser celle ci. Nettoyez le terrain  après la plantation.
N’hésitez pas à rabattre (tailler) les végétaux afin de rééquilibrer le volume du système radiculaire et de la couronne : opération surtout nécessaire après le débourrement.

Les Végétaux de terre de bruyère : rhododendron, azalée, magnolia, pernettya, sont plantés en terre non calcaire. Si votre terrain est trop alcalin, creusez un trou, placez une double feuille de plastique, remplissez l’excavation avec de la tourbe, de la sapinette, du terrain de feuille ou de la terre de bruyère. Plantez ensuite les végétaux calcifuges.  N’oubliez pas de percer un trou dans  le fond du plastique pour permettre l’écoulement de l’eau.
Les plantes grimpantes : ampélopsis, glycine, lierre,  vigne vierge, sont placées au pied d’un support (grillage, pergola ou pylône). Protégez le pied des clématites, plantes couchées, contre les rayons direct du soleil avec une tuile ou une planchette.
La plantation des arbustes à feuillage persistant : fusain, buis,  mahonia, laurier d’Alexandrie, est réalisée en mars. Tassez bien la terre autour de la motte. Arrosez et, si nécessaire, aspergez la plante pour ralentir la déshydratation.
Plantez aussi les conifères, petits et grands. Arrosez lesbien et haubanez les.

Rosiers

Voici la fin de l’époque de la mise en place desrosiers. Pratiquez une taille très courte des rameaux et pralinez bien les racines.

Butez ensuite les plantes pour quelque temps, dans les régions froides ou, au contraire, très chaudes (par exemple avec de la tourbe). Cette opération protège la ramure contre les morsures du froid où contre la déshydratation.

Gazon

C’est la bonne époque pour rajeunir les vieux gazons ou ceux qui ont souffert des rigueurs de l’hiver. Le sol bien ameubli, « préparé »  disent les jardiniers. Débarrassé des cailloux et des mauvaises herbes, reçoit les graines de gazon choisies en fonctions des propriétés de la terre. Plombez bien la semence après le coup de  râteau « réglementaire », à la battre ou au pied. L’arrosage et ensuite exécuté, même sur terre humide. La germination demande une semaine à dix jours : on voit alors la terre doucement verdir avant d’être entièrement couverte par l’herbe. Les plus vieux gazons sont rajeunis par les quelques travaux suivants :
-l’aération, avec un aérateur à trois ou quatre piques creuses ou avec des chaussures à piques creuses, est indispensable sur les gazons compactés pendant l’hiver : l’air circule mieux, la reprise de la croissance est plus rapide et la végétation meilleure ;
-un abondant terreautage ou surfaçage favorise la constitution des radicelles en surface : meilleure croissance des jeunes plantules ;
-les produits du commerce à base de tourbe, sable et engrais « gazon », sans oublier, pour certaines marques, les produits phytosanitaires sont faciles d’emploi, proportionnellement peu cher et nécessaires à la bonne santé des graminées. Engrais de base : azote ;
-tondez puis roulez les pelouses bien démarrées, vers la fin du mois de mars.

Fleurs

Vers la fin du mois de mars, les premières fleurs des plantes bulbeuses de printemps ouvrent leurs corolles soyeuses (éranthus jaunes, narcisse d’or, perce neige blanc, tulipe hâtive  multicolore et muscaris bleu). A la défloration, supprimez les inflorescences « passées » pour permettre aux oignons de reconstituer leurs réserves pour l’année suivante.

Les vrais amateurs de plantes bulbeuses estivales exécutent déjà les mises en place des oignons de galtonia et d’ornithogalum dans une terre ressuyée, bien meuble et indemne  de parasites. Placez en terre les bulbes de lilium speciosum et de lilium aureum : exposition bien éclairée et chaude. Le fond du trou doit être rempli avec une poignée de sable afin d’éviter la pourriture du plateau du bulbe.
Dans les régions froides, couvrez avec de la tourbe ou de la paille les pousses des lis royaux et des lis tigrés sensible au froid.


Parterres et plates-bandes

La plupart des plantes vivaces sont maintenant entrées en végétation et doivent être dégagées de leur protection hivernale. Par exemple, les graminées pour la plupart sensible au gel, sont découvertes : Avesnes à épis retombant ou panicum (le millet) qui peut être utilisé en bouquet sec ainsi que le gynérium ou cortaderia (la spectaculaire Herbe des pampas)

Dans les zones où la température est déjà clémente, semez en place dans un sol profond et bien meuble : adonide « goutte de sang », coréopsis, nigelle, pois de senteur (en poquet), scabieuse double. S’il est nécessaire, le repiquage en pépinières est possible.
Lorsque les emplacements sont déjà dégagés, plantez les premiers glaïeuls, montbretias et tigridias en terre sableuse et réchauffée. Les profondeurs de plantation varient suivant la taille des bulbes.
Marquez avec précision et arrosez copieusement les variétés plantées, car les mélanges variétaux sont toujours désagréables et difficiles à démêler.

Travaux dans les serres adossées

Surveillez la température intérieure qui a tendance à s’élever l’après midi : aérez le plus souvent possible, soulevez évidemment les châssis ou les aérateurs opposés au vent.

Semis

C’est maintenant qu’il faut semer dans des terrines maintenues à une chaleur douce : celosis, impatience, variétés « Arlequin », « Roméo », « Prélude », nertera, lantana. Repiquez plus tard sur couche froide, c'est-à-dire sans chauffage d’appoint. Réagissez sans tarder à toutes apparition de pourriture ou de flétrissement inhabituel : traitement anticryptogamique.

Repiquez aussi les plantes issues de semis de la fin du mois de février : bégonia, œillet et chrysanthème. Utilisez des terrines en fibrociment et du substrat riche silico -humifère.
Le repiquage des plantes semées en mars a lieu peu après.

Semis sous châssis

Il s’agit des semis de fleurs annuelles à repiquer en place en mai prochain : fleurissent plus rapide agertum, acroclinium capucine, dahlia annuel, linaire, haricot d’Espagne, reine marguerite « confetti varié », rudbeckia annuel, ipomée, sauge, variétés « Andalousie », « Etincelle », pyrèthre « Toison d’or » et zinnia « Tom Pouce », variété naine, ou « Peter Pan ». Semez les à la volée dans la couche. Les haricots d’Espagne, les piments décoratifs, les dahlias, les ipomes et les cobées sont semés dans des coquilles d’œufs ou des pots de yaourt. Arrosage modéré.

Fin mars, commencez la mise en végétation des plantes destinées à la décoration estivales de vos plates bandes. Augmentez progressivement les arrosages et la température. Le rempotage des vieilles plantes est souvent utile dans des pots plus grands avec un compost riche et bien drainé : bégonia tubéreux, canna, dahlia et lis sont ainsi « pré cultivés » avant l’heure. Aérez aussi souvent que possible.

Plantes aquatiques

Commencez à nettoyer les bassins et cours d’eau sous réserve que ceux-ci ne soient pas alimentés par la font des neiges. Dans ce cas, attendez encore quelques semaines.
Divisez les nénuphars dans des bassins protégés du froid.

Matériel

Graissez, nettoyez et affûtez les outils de plantation et de coupe : cisailles tondeuses. Vous en aurez bientôt besoin.