bann3
Cliquez sur la bannière pour revenir à l'accueil

Travaux de novembre


Climat

Le mois du souvenir ne doit pas être celui des regrets, même si la nature a pris ses quartiers d’hiver, le jardinier organise le planning des récoltes futures.

Le vent d’est, froid et souvent neigeux en altitude, chasse les brouillards matinaux.  Attention  aux gelées dans les bas-fonds.  Les brouillards givrants (10 jours dans le Sud-Ouest et la région parisienne) sont dévastateurs dans les jardins mal protégés.

Soins généraux

Voici revenu le temps de la surveillance attentive du chauffage de la serre adossée : tout arrêt prolongé serait à l’origine d’un désastre pour les plantes frileuses. N’oubliez pas de la couvrir pendant la nuit avec des paillassons.

Les travaux de plantation et de taille occupent les jardiniers pendant les belles journées de novembre. Si la température reste trop basse, creusez les trous de plantation et enjaugez les arbres dans un coin abrité  du jardin.

Le jardin potager est maintenant désert, et c’est au cellier ou autour des jauges que se poursuivent  forçages, enjaugeages et récoltes. Les légumes, restés en place, sont découverts au moment de la récolte ou par temps chaud

Les cultures sous châssis, maintenues au chaud par des paillassons ou par plusieurs épaisseurs de toile de jute, évoluent lentement. Quelques repiquages et semis à chaud sont les seules occupations du moment.

 

TRAVAUX AU POTAGER

 Récolte et conservation

C’est l’époque de l’arrachage des légumes racines de conservation hivernale : carotte d’hiver, betterave céleri-rave. On procède par une journée ensoleillée  pour permettre aux légumes de ressuyer. Ils sont ensuite placés en cave, ou dans des coffres servant de silos, ou encore sans des silos creusés dans le sol. Dans les terrains humides, les légumes sont enjaugés en meule à la surface du sol. Placez à plat les légumes racines  sur un lit de paille sèche ou de sable sec. Les racines abîmées ou attaquées par les parasites sont éliminées. Les céleris à côtes arrachés avec une motte de terre au pied prennent place debout dans la jauge en creux.

Aérez toujours au maximum caves coffres et silos creux. Les bouchons de paille des silos meules sont retirés par temps sec pour permettre l’aération des légumes.

La conservation hivernale des choux d’hiver se pratique de la façon  suivante ; soulevez avec une bêche plate la motte et faites basculer le chou face nord, sans l’arracher : la glace ne descend pas à l’intérieur du cœur. Mettez aussi en jauge enterrée les choux de milan et les choux cabus.

Les amateurs d’artichauts savent qu’il est temps de butter les touffes sous des feuilles ou de la paille et les protéger avec des cloches anglaises. Percés de trous de ventilation, les films plastiques peuvent être utilisés comme protection.

Lorsque la température redevient clémente, soulevez momentanément la paille pour aérez ces plantes.

Les légumes restés en place dans des sols bien drainés ; scarole, persil, chicorée, pissenlit, sont couverts avec de la paille ou des cloches tunnels. Déplacez ces protections par beau temps prolongé et remettez les en place lorsque la température chute de nouveau.

Procédez aussi au blanchiment des cardons, des chicorées frisées et des scaroles. Pour ce faire, il suffit de lier les feuilles des plantes aux 2 /3 de leur hauteur.  Une autre méthode consiste à placer de larges pots (20 - 22 cm) par-dessus les plantes.

Les racines de  chicorées sont arrachées par beau temps et laissées sur le sol quelques jours pour se ressuyer. Stockez les au sec jusqu’au moment du forçage.

Sous châssis

Le « coup de feu » passé, vous pouvez semer sur un terreau  bien préparé ; cresson laitue d’hiver, mâche. Ces légumes feuilles à croissance rapide demandent une chaleur moyenne ainsi qu’une luminosité modérée.

Découvrez tous les jours les châssis de leur protection hivernale et remettez les en place à la tombée de la nuit. Les carottes semées en ligne sous châssis chauds arrivent rapidement à maturité.

Arrosages parcimonieux. Lorsque le temps le permet, aération du côté opposé au vent. Dans les régions ventées, accrochez les châssis  aux coffres à l’aide d’un crochet passé à travers la poignée.

forçage chicorée

PLEINE TERRE

 D’aucuns préconisent de semer les premiers pois précoces au pied d’un mur bien exposé, en ados. Cela est seulement réalisable dans les régions à climat très clément.

En Bretagne et dans le sud ouest, semer  fève, carotte hâtive, cerfeuil tubéreux. Terreautage, arrosages modérés et, éventuellement, couverture avec des châssis ou des cloches tunnels.

Dans les planches bien exposées ; vous repiquez les légumes semés les mois précédents : chou oignons blanc procédez à l’éclaircissage des carottes des navets et des épinards. Ce dernier légume peut être aussi planté maintenant

 
TRAVAUX DIVERS

 
Vous devez commencer maintenant les bêchages d’hiver, à grosses mottes, en incorporant au sol un bon fumier de bovin d’ovin ou de caprin. Les froids et les pluies vont réaliser sa décomposition avant les travaux de printemps.

Chaulage d’entretien tous les deux  ou trois ans des terres pauvres ou fatiguées par de cultures intensives : 150g à 300g par mètre carré de chaux active pour les terres argileuses ou trop humifères.

Par ailleurs, retournez le tas de compost en y incorporant de la chaux. Tassez et recouvrez d’une bonne couche de terre de jardin.

C’est aussi l’époque de la restructuration du jardin. Vous tenez compte de toutes les remarques consignées dans votre « livre de bord » pendant le mois de culture pour établir le nouveau planning de votre potager.

Si c’est nécessaire, réfection des allées.

 
TRAVAUX AU VERGER

 

Récolte

 Il n’est peut être pas encore trop tard pour récolter dans les vergers les derniers raisins.

La consommation des fruits du fruitier se poursuit châtaigne ; coing ; kaki ; poire ; pomme. La température du fruitier est  maintenue entre 3 et 4 °C  en effectuant des ventilations à chaque fois que le temps le permet.

L’hygrométrie ambiante est conservée à 70 80 % par l’évaporation de l’eau des humidificateurs. Elle peut provenir de l’eau des bacs de conservation des branches de grappes de raisins. Surveillez régulièrement  l’état sanitaire des fruits et éliminez sans tarder ceux qui commencent à s’altérer.

 
Plantation

 
Novembre est le mois des plantations en sol léger et drainé. Par temps hors gel, plantez les arbres fruitiers et les arbres à petits fruits.
Les trous doivent être suffisamment larges pour permettre une mise en place facile des racines. Prévoyez 20 à 30 cm supplémentaires sur les côtés  pour la terre nouvelle. Celle-ci est  distribuée régulièrement tout autour des racines ou de la motte pour les plantes à reprise délicate. On la fait glisser à l’aide d’une spatule en bois ou d’une planchette. Tassez bien.  Afin de ne pas blesser l’écorce, le tuteur est mis en place avant la plantation. Celui  ci  en bois ou métallique doit être rectiligne, solide et bien enfoncé dans le sous sol. Un arrosage abondant, même par temps froid, termine l’opération après  la mise en place des colliers. Les  ligatures, ou colliers, peuvent être en osier, en plastique, en caoutchouc ou en paille tressée. De tout façon,il est important que celles-ci soient solides et  maintiennent bien en place le tronc ou les branches des arbres ;tout frottement  prolongé sur les tuteurs ou les fil de fer de fixation provoque des lésions de l’écorce, donc des portes ouvertes aux parasites.

Si vous plantez des arbres tiges de fortes taille, haubanez les à  l’aide de fils de fer  fixés sur trois piquets disposés en triangles.  Les très grands spécimens sont haubanés à deux hauteurs différentes.

Les arbustes formés en espalier sont directement fixés sur les fils de fer de palissage.

Les arbustes à petits fruits restent libres ; la motte bien affermie dans le trou par le tassement de la terre,  fixe la plante au sol.

 
POUR UNE BONNE MISE EN PLACE…

 
Le travail de mise en place d’un arbre conditionne sa bonne ou sa mauvaise reprise.taille

Il importe donc de respecter les règles suivantes :

1)      bien rafraîchir les coupes des racines. S’i l le faut, retailler les plus grosses d’entre elles à l’aide d’un sécateur ou d’une serpette. Toute
 racine abîmée, cassée ou broyée est supprimée.

2)      Bien praliner la totalité du système radiculaire.

3)      Planter les arbres ou arbustes greffés ou collet suffisamment haut pour qu’il puissent s « ’affranchir ».

4)      Arroser abondamment, même par temps de gel léger.

 TAILLE DE FORMATION ET DE FRUCTIFICATION

Les arboriculteurs amateurs qui réussissent fort bien à former leurs arbres fruitiers à partir de jeunes scions greffés possèdent une rare qualité : la patience.

Pour former un arbre fruitier, qu’il s’agisse d’un arbre tige, demi tige basse tige, palmette, cordon ou gobelet, il faut non seulement une très bonne technique au départ, mais aussi beaucoup de temps. 4 à 5 ans  sont nécessaire pour arriver au résultat escompté : avoir un arbre bien charpenté, prêt à entrer en production.

Les tailles de formation du mois de novembre se limitent à la taille trigemme sur les arbres à pépins.

Taillez aussi les framboisiers et les mûriers. Supprimez les vieux bois et palissez les jeunes pousses fructifères  sur des fils de fer.

On profite des belles journées pour élaguer et rajeunir les vieux arbres et supprimer les drageons et gourmands.

N’oubliez pas de brûler les vieux bois, les tailles et les résidus de tailles, qui sont vecteurs de  parasites.

 
Les formes les plus utilisées

Les poiriers sont souvent formés en palmette branches horizontales, en U simple ou double, en gobelet ou en fuseau. Les pommiers sont en cordon simples ou  double, en palmette oblique ou horizontale, en  U simple ou double. Toutes les formes sur tiges sont possibles.
 

TRAITEMENTS PHYTOSANITAIRES

 
Le temps doit être beau, sans vents, sans gelée.

On pulvérise les arbres donnant des fruits à pépins : pommiers, poirier, contre les parasites, larves et adultes de pucerons, cochenille,  pucerons lanigéres, tavelure et oïdium.
Les arbres donnant des fruits à noyaux : pêcher, cerisier, abricotier, prunier sont traités contre les criblure, mouches des fruits, psylles, mousses, lichens, cloque, rouille et pucerons.
On traite les uns et les autres avec les produits à base d’oxychlorure de cuivre, d’ester phosphorique ou bien huiles minérales. Un ou deux traitements mixtes sur les arbres très attaqués sont généralement nécessaires.
Ce lessivage d’hiver est réalisé à l’aide d’un pulvérisateur à haute pression qui fait bien pénétrer en profondeur les produits de traitement, sous l’écorce et dans l’anfractuosité des branches. Protégez vous les mains et le visage contre ces produits toxiques.
Grattez les plaies chancreuses avec une gouge et une serpette. Pénétrez profondément dans le bois sain pour supprimer tous les tissus malades. Désinfectez les outils. Rebouchez les plaies avec du mastic cicatrisant.
 

L'hivernage des bulbeuses

 Les bulbeuses et tubercules doivent être mis à l’abri aussitôt la fanaison totale du feuillage : dahlia, canna,  glaïeul.

Arrachez les par temps sec, de façon à débarrasser plus facilement les racines de leur terre. Ne laissez que 5à7 cm de la tige au dessus de la bulbe/. Le séchage naturel, sous un hangar, dure de quelques jours à une semaine. Il doit être possible de séparer les anciens bulbes de la nouvelle génération. Ne retirez pas l’enveloppe extérieure des oignons à fleurs : c’est leur seule protection contre les coups et les différences  thermiques.
Les dahlias et les cannas sont alors plantés en caissettes à la cave à demi enterrés dans du sable bien sec.
Les glaïeuls et les bégonias passent l’hiver dans des clayettes à fond métallique.
Les oignons de lis, d’amaryllis se conservent parfaitement  lorsqu’ils sont enfermés dans un sac en plastique.
Température entre 4 et 6°C pour tous les bulbes.

Travaux divers

Il est important de ne pas oublier de cureter les canalisations d’irrigation, de pailler au pied des arbres fragiles ou même de les entourer de paillasson, de poser les drains dans les parties humides du verger.
Profitez d’une belle journée pour enfouir du fumier au pied des arbustes à petits fruits additionné d’un engrais à décomposition lente.
Ranger dans la cabane à outils tout le matériel  de culture devenu inutile.

FLEURS

Plantation

Dans les régions clémentes, la plantation des plantes bisannuelles est poursuivie. Vous pouvez utiliser des plantes achetées dans le commerce ou bien celles issues de vos semis. Dans tous les cas, il importe que la motte des racines soit bien formée et aussi volumineuse que possible.  Presser la motte à deux mains avant de la placer dans le trou creusé avec le transplantoir. Serrez bien et arrosez au goulot.

C’est le dernier moment  pour mettre en terre les bulbes à floraison printanière : tulipe,  narcisse, jacinthe. Afin d’obtenir un bel  effet esthétique, il est important de planter avec régularité les tulipes et les jacinthes qui ne souffrent pas les tracés irréguliers. En revanche, si vous possédez un jardin au tracé irrégulier,  vous planterez en taches asymétriques : iris crocus jacinthe et même tulipe et narcisse.

Le semis à la volée sur gazon est souvent original ; on plante dans l’herbe les bulbes à l’emplacement où ils sont tombés. L’inconvénient est qu’au printemps vous devez impérativement attendre la maturité complète du bulbe avant de pouvoir pratiquer la première tonte. Cet emplacement prend alors un petit aspect champêtre très original. On peut aussi planter des taches irrégulières de bulbes dans les mixed -borders, en respectant toutefois les distances de plantations spécifiques à chaque espéce.

TRAVAUX DIVERS

Il est grand temps d’arracher les derniers cannas et dahlias. Laissez les se ressuyer plusieurs jours à  l’abri dans des clayettes ou sur du papier journal. Placez ensuite les tubercules dans de la tourbe pas totalement déshydratée. Ce produit empêche la dessication des plantes pendant l’hiver. D’autres bulbes ou tubercules peuvent subir les mêmes traitements : glaïeul,  bégonia, tubéreux et bulbes d’été. La surveillance du degré de déshydratation et  de repos végétatif est poursuivie pendant tout l’hiver.

Surveillez aussi l’état sanitaire des plantes molles (géranium) hivernant sous châssis froids, dans des chambres fraîches, vérandas et autres lieux assez frais (6 à 8°c). Il faut remédier à tout excès d’humidité de ces locaux par des aérations prolongées  par temps hors gel ou même, si nécessaire, avec l’aide d’un léger chauffage d’appoint. Celui-ci ne doit pas faire monter la température au-delà du seuil précisé.

Les attaques de pourriture sont stoppées immédiatement par un poudrage de fongicide à base de captane ou de thirame.

Les plantes semées les mois précédents, vivaces, bisannuelles ou même annuelles, reçoivent des arrosages parcimonieux. Les châssis, dégagés des paillassons pendant la journée, sont légèrement  entrebâillés par temps doux.

Protégez sans attendre, avec des paillassons ou d’autres couvertures, les plantes fragiles : fuchsia,  passiflore,  gynerium.  Un film plastique les protège contre les coups de vent et les  pluies diluviennes.

ARBRES ARBUSTES ET GAZON

Novembre est vraiment l’époque des gros travaux puisqu’il s’agit maintenant de planter les arbres et les arbustes à feuillage caduc ou persistant dans les terrains légers et bien drainés. Dans les terres argileuses ou trop lourdes, la plantation  aura lieu au printemps.

Tous les arbres décoratifs possèdent une face plus attrayante que les autres et souvent une face plate. A la plantation, faites tourner les plantes  sur leur motte jusqu’à ce que le bon côté soit orienté vers la maison ou la pelouse. Il est recommandé de planter les arbres fruitiers et les végétaux décoratifs dans une terre neuve. Remplissez donc le trou avec de la terre de jardin après  avoir placé un lit de fumier très décomposé dans le fond du trou. Tassez fortement la terre et arrosez abondamment.  Les arbres tiges reçoivent un tuteur avant la plantation. Tous les végétaux ligneux ne peuvent pas être plantés avant les grands froids. Attendez le printemps pour mettre en  place les conifères fragiles, les végétaux de terre de bruyère et les plantes sensibles au froid.

C’est l’époque des transplantations des arbres caducs : ligaturez les branches (osier, raphia), creusez une tranchée circulaire de 40 50 cm de profondeur à 60 80 cm du tronc. Coupez les grosses racines du dessous.

Multiplication

C’est la saison des « boutures plançons »ou en « bois sec ». Coupez des rameaux défeuillés, bien aoûtés, de 20 à 30cm de long spirée, potentille, buis, peuplier, saule, seringa, chèvrefeuille. Bottelées par 5 ou 10, les boutures sont stockées debout, aux  2 /3 de leur hauteur, dans du sable humide, à l’extérieur, face au nord. Le draînage doit être parfait. Les cornouillers,  groseilliers et rosiers  racinent bien lorsqu’ils sont bouturés avec des hormones de croissance. Les troènes reprennent sans aucun problème.

Certaines espèces à port étalé en touffe sont multipliées par division ; troène, lilas millepertuis, forsythia, sumac, mahonia. On pratique à la bêche ou au sécateur les racines étant rafraîchies à la serpette. La mise en place a lieu comme pour les arbustes.

On prépare les caissettes de stratification des plantes à noyaux et amandes à téguments durs. Utilisez des caissettes en bois imprégnées et désinfectées, percées de trous d’évacuation recouverts d’un tesson. Sur la couche de sable de fond (5cm d’épaisseur), placez en ligne un premier lit de noyaux accompagné d’une étiquette d’identification, puis recouvrez le de sable (3 à 5cm d’épaisseur). Cette opération est recommencée jusqu’en haut de la caissette. Humidifiée, la caissette est placée au pied  d’un mur au nord. Lorsque la saison est trop humide, elle est recouverte d’une plaque de verre. L’humidité fait germer les graines qui seront semées au printemps suivant.

Gazon

Le gazon ne réclame actuellement aucun soin particulier. Les dernières feuilles des arbres alentours sont ratissées, ramassées et ajoutées au tas de compost. Elles fournissent un excellent terreau de feuilles pour les prochains semis.

Dans les régions à climat doux, on peut commencer à préparer le sol des futures surfaces enherbées en y  apportant de la tourbe additionnée d’engrais complet à décomposition lente.

A noter : les graminées à gazon exigent un soul sol nourrissant et profond pour bien végéter. N’espérez donc pas de gazon anglais si la couche de terre arable est très mince.

Travaux divers

Les belles journées de ce début d’hivers ont aussi consacrées aux traitements antiparasitaires des plantes malades ou attaquées. On pratique de la même façon que pour les arbres fruitiers : pulvérisation à base d’huiles minérales avec un pulvérisateur à pression suffisante pour projeter le produit dans le creux des branches.

Les travaux de remise en état sont poursuivis. On fait procéder aux élagages ou  abattages des arbres morts, qui ont été marqués pendant l’été.

Certaines plantes grimpantes âgées sont rabattues, à l’exclusion des rosiers qui sont seulement nettoyés. La taille proprement dite de ces plantes a lieu au printemps suivant lorsque les gelées ne sont plus à craindre. Procédez aussi aux surfaçages d’hiver sous les arbustes. Facilitée par l’absence de feuillage, cette pratique permet de bien nettoyer le terrain.

PLANTES AQUATIQUES ET D’ORANGERIE

Les plantes aquatiques non gélives passent le mois à l’extérieur, tandis que les autres « se reposent » dans des bassins d’eau à l’abri du gel.

Les plantes d’orangerie qui hivernent au sec reçoivent un arrosage très léger.

Matériel

 Il est temps de procéder au nettoyage des outils du jardin. Passez systématiquement en revue tous vos outils à main et à moteur. Affûtez et redressez les lames avant de les graisser. Remplacez les manches et manchons défectueux. Profitez des journées pluvieuses pour étudier les catalogues afin de réassortir la panoplie de vos outils. Notons que certaines nouveautés facilitant plusieurs  travaux de jardinage justifient souvent un petit investissement supplémentaire.

Nettoyez, vidangez et entretenez les tondeuses et taille haies. Les scies mécaniques à essence ou électriques sont réajustées avant et après usage. N’oubliez pas que les chaînes de ces outils s’usent beaucoup plus vite lorsqu’elles sont insuffisamment tendues. Graisser les roues des brouettes  les rotules mobiles et les axes de  roues.