bann3
Cliquez sur la bannière pour revenir à l'accueil


Travaux de septembre


Climat

 

Les beaux jours s’éloignent progressivement pour laisser la place aux nuages d’automne et à la pluie.

Bien que la température reste assez élevée pendant la journée, certaines nuits peuvent devenir très fraîches. La moyenne des températures nocturnes est inférieure à 10°C à Strasbourg ; à Paris et dans le nord, elle avoisine 12°C ; il ne fait que 15 °C à bordeaux et à  Toulouse.

Les pluies se font plus fréquentes, et l’astre du jour ne brille plus que 200 heures dans la région parisienne.

   

Soins généraux

 

Le mois des vendanges est essentiellement consacré aux travaux de récolte et de cueillette. Les poires, les pommes et les fruits à coque : amande, noisette, noix, sont ramassés et mis à sécher ou au fruitier.

C’est aussi le moment de remonter les coffres de culture. Commandez sans tarder les fumier bovin et de cheval que vous mettrez en tas afin de leur permettre de « se faire » avant la mise en meule. Le « coup de feu » (élévation brutale de la température du fumier) doit avoir lieu avant la culture, car il est très dangereux pour les jeunes plantes

Voici venir la saison de la taille du palissage et des traitements contre les insectes qui pondent leurs œufs dans le creux des écorces.

Au jardin d’ornement, il est maintenant utile de supprimer toutes les fleurs fanées et les fruits en formation des plates bandes et des corbeilles.

Si vous désirez collecter des fleurs séchées et rameaux à bois décoratifs, laissez les encore mûrir jusqu’au 15 du mois.

 
 

TRAVAUX AU POTAGER

 

Récolte et cueillette

 
Les récoltes commencées les mois précédents se poursuivent par beau temps chaud, de préférence le matin : les légumes frais, gorgés d’eau nocturne, se conservent mieux.

Quelques jours avant de les rentrer, laisser sécher : ail, variétés « Rose d’2uvergne », « Violet de Cadours » ; oignon, variétés « Jaune de Mulhouse », « Type Sélestat » ou « Type Auxonne »,  « Jaune paille des Vertus ».Débarrassés de la terre, ils sont ensuite suspendus en bottes à l’abri et au sec.

Les tomates sont récoltées avant les grosses pluies. Les dernières ramassées encore vertes, mûrissent sur des clayettes en plein soleil.

 
Récoltez : haricot, piment, navet, chou navet, cornichon, concombre. Les melons, placés sur une planche, sont cueillis bien mûrs, ainsi que les fraises. Arrachez les fanes des haricots et faites les sécher : elles peuvent servir de litière pour les fruits de l’hiver.

Les plantes condimentaires sont récoltées et ramassées au fur et à mesure de leur mûrissement. Faites les sécher dans une pièce chaude (25 à 30 °C) et aérée ou encore dans un four à feu très doux.

Les plantes vivaces sont rabattues avant l’hiver pour permettre de reconstituer leurs réserves.

 

Semis

 

Il est encore ou toujours temps de semer en place les légumes résistant au froid et à la pluie : cerfeuil ; chou (jusqu’au 10 du mois) ; chou fleur (à cultiver en janvier février sur couche chaude), variétés « Merveille de toutes saisons », « Vilmorin 23 », « Aprilex » ; laitue pomme d’hiver ; oignon blanc hâtif (récolte avril juin) ; oseille ; poireau, variété « De Gennevilliers », « De Liège, race Empire ».

Les privilégiés des régions chaudes sèment : radis, cresson alenois, épinard, variétés « Samos », « Virkade ». Ce dernier légume ainsi que le thym, le persil et l’oseille se sèment en bordure d’allées : ils sont ainsi plus faciles d’accès. L’oseille et l’épinard peuvent être multipliés par éclats.

Arrosez modérément car actuellement l’eau s’évapore moins vite que pendant l’été et les risques de pourriture deviennent plus importants vers la fin du mois.
 

Plantations et repiquages

  

C’est maintenant qu’il faut planter les fraisiers. Choisissez des variétés à maturité échelonnée variétés remontantes et non remontantes, vous récolterez ainsi ses fraises sur une plus longue période. Bornez bien les plants et arrosez au goulot. Un désherbage préalable du sol avec un produit chimique à rémanence courte est  recommandé : levée des adventices retardée.

Repiquez les oignons blancs à 3 cm de profondeur,rangs espacés de 15 à 20 cm, les salades d’automne (chicorée, scarole), les choux semés précédemment et les poireaux d’hiver.

 

Traitements phytosanitaires

 

Lorsque l’été est chaud et sec, certaines maladies restent à l’état latent jusqu’à l’automne : il n’est pas indispensable de traiter. En revanche, certains parasites animaux se reproduisent rapidement et il convient de pulvériser contre les pucerons, les doryphores (pommes de terre), les araignées rouges, les mouches des légumes et les parasites du sol.

Poudrez ou pulvérisez encore une ou deux fois, sans oubliez la date de récolte (arrêtez trois semaines avant celle-ci).

On procède au désherbage chimique des oignons et des poireaux, en essayant toutefois de désherber à la main aussi souvent que possible ; les résidus dans le sol seront ainsi moins importants.

 

Travaux divers

 

Aération du sol par sarclage et hersage. Apportez de l’engrais liquide « coup de fouet », plus rapidement absorbé par les légumes voraces : cardon, chou poireau, salade, semés dans des planches « usées » par plusieurs cultures. Arrosez ensuite.

Le blanchiment des céleris, des cardons, des scaroles et des frisées d’automne est poursuivi tandis que l’on arrache les pommes de terre et les navets précoces. N’oubliez  pas de rempoter quelques pousses bien racinées d’artichauts dans des pots de 14 cm de diamètre. Mélange terreux : 2/3 de terre de jardin 1/3 de sable grossier. Les pots sont placés ensuite sous châssis et enterrés dans la terre.

 

TRAVAUX AU VERGER

 
Récolte et cueillette

 

C’est le moment, par temps sec, de cueillir les fruits suivant : amande ; figue ; framboise ; noisette ; noix, variétés « Franquette », « Mayette » ; pêche, variétés « Triomphe de Vienne », « Louise Bonne d’Avranches », « Beurré Hardy », « Alexandrine Douillard » ; pomme, variétés ‘Gravenstein », « Starkimson » ; prune, variétés « Prune d’Ente ou d’Agen ». La variété de raisin « Chasselas doré de Fontainebleau » arrive aussi à maturité. Les fruits volumineux sont toujours saisis à pleine main et détachés par un coup sec en remontant vers le haut, l’index sur le pétiole.

Retirez aussi les sacs de protection des fruits ensachés afin de permettre se colorer. Transplantés dans les paniers à fruits ou placés directement dans des clayettes, ils sont stockés au fruitier. Ce local est toujours ventilé pour éliminer le gaz éthylène qui accélère le mûrissement des fruits. D’aucuns placent de la frisure ou de la paille bien sèche dans le fond des plateaux.

Les fruits situés sur les branches supérieures sont cueillis à l’aide du « cueille fruits à manche télescopique.

   

Taille et greffage

 

La « taille de révision » ou « taille lorette » sert à supprimer les pousses devenues maintenant inutiles lorsque les dards se sont formés à la base des ramilles à bois. Les arbres attendent ensuite le printemps pour recevoir une nouvelle visite.

Si cela n’a déjà été fait, on pratique un pincement sur vigne, les poiriers et les pommiers en conservant les prolongements Ces pincements accélèrent le processus de formation des bourgeons à fruits

Les travaux de « taille en vert » sont aussi poursuivis sur les pêchers, les abricotiers et les brugnoniers. On supprime alors les rameaux qui ont porté des fruits pour ne laisser que des rameaux de remplacement et de prolongement. Cette opération, lorsqu’elle est pratiquée de bonne heure pendant la saison, permet  d’éclaircir les fruits en surnombre. N’oubliez pas de palisser les arbres formés en espalier.

C’est en septembre que l’on pratique les greffes en incrustation, en fente ou en demi fente sur cerisiers et pruniers. Cette pratique de rajeunissement des vieux sujets particulièrement méritants consiste à placer de nouveaux greffons aux endroits dégarnis.

Exécutez aussi la greffe en couronne (sous l’écorce) sur les pruniers. Cette opération minutieuse demande un certain doigté. N’omettez pas de fixer des perchoirs sur les côtés des nouvelles greffes, car les oiseaux ont tendance à s’y poser fréquemment.

Les greffes sur les scions des arbres donnant des fruits à pépins étant en principe bien repris, on peut éliminer les onglets de soutien. Détachez les ligatures et palissez les jeunes pousses.

Les travaux de taille de formation ne seront excécutés que plus tard, au mois de novembre ou de décembre.

 

Traitements phytosanitaires

 

C’est  à la fin de l’été que la plupart des parasites préparent leur hibernation. Les uns entrent en terre, d’autres pondent leurs œufs sur les troncs et les branches, les troisièmes cherchent un endroit tranquille où passer la période hivernale. Il est donc important de pratiquer maintenant une ou deux pulvérisations énergiques de nettoyage. On cherche à détruire les adultes et les œufs de pucerons vert, noirs et lanigères ; agriles ; anthonomes ; scolytes ; tordeuses orientales ; phalènes ; mouches des fruits ; cochenilles et araignées rouge.

En outre, il faut profiter d’une journée calme pour lutter contre les maladies des arbres fruitiers dont les spores vont se nicher dans les creux des écorces. Tavelure, oïdium, coryneum, chancre, monilia sont à traiter énergiquement.

Attention aux guêpes qui deviennent agressives par temps d’orage. Utilisez des pièges à insectes électriques ou suspendez à une branche base de fioles pleines d’eau miellée. Elles attirent les guêpes qui s’y noient.

On ramasse aussi les feuilles des arbres fruitiers qui renferment un grand nombre de spores ou de parasites.

 

Travaux divers

 

C’est grâce aux observations et remarques notées sur le « carnet de bord de jardinage » que vous allez prévoir un certain nombre de travaux : choix de l’emplacement des futures plantations, achats de nouvelles variétés de produits très efficaces, plantations.
 

Plantation

 
Distancez suffisamment vos arbres les uns des autres. Creusez les trous de plantation et incorporez de l’engrais à décomposition lente ainsi que du fumier. Recouvrez le tout dans le fond du trou de 10 cm de terre meuble.

En outre, on enfouit dans les grands vergers l’engrais semé au mois d’août et on chaule les terrains déficients ou trop acides.

Arrosages modérés des arbres chargés de fruits et étayage des branches trop lourdement chargées. 

 

Fleurs: semis et plantation

 

Dans les régions à climat doux, on peut semer en terrain sain et frais quelques espèces rustiques suivantes : alysse odorante, pieds d’alouette, rudbeckia, scabieuse, souci. Ces plantes fleurissent l’année suivante bien plus tôt et plus abondamment que celle semées au printemps.

Les fleurs annuelles suivantes semées en pépinière, repiquées en pots, conservées en serre pendant l’hiver fleurissent très bien l’année suivante : minulus, chrysanthème annuel, godétia, nemesia.

Repiquez sans tarder les bisannuelles semées les mois précédents : giroflée, pensée, pâquerette, myosotis. Cette transplantation en pépinière d’attente est réalisée à 15 cm en tout sens. La plantation définitive a lieu en octobre ou bien au printemps suivant.

Vous pouvez encore bouturer sous châssis froid : agérate, santoline, anthémis calcéolaire.

Les boutures des plantes molles exécutées cet été sont maintenant rempotées en petit pot de 9 cm dans une terre sableuse et nourrissante : elle passeront l’hiver dans la serre adossée. Réservez et protégez le bouton terminal des chrysanthèmes en potées destinés à la toussaint ; bien arrosés à l’engrais, ils fleuriront en temps utile.

 
A noter : c’est la bonne époque pour récolter un grand nombre de graines. Pour  le faire, attendez une suite de journées ensoleillées et calmes. Pratiquez le soir avec des boîtes préalablement étiquetées. Reportez sur votre « cahier de bord » le lieu, la date et le nom de l’espèce : soucis, sauge, gaillarde, œillet, rose d’inde, pois de senteur, bégonia semperflorens, bégonia gracilis, etc.

 

Parterres et plates bandes

 

Eliminez régulièrement les fleurs fanées et coupez les hampes florales dégarnies. Si c’est nécessaire, arrosez les corbeilles soumises aux rayons directs du soleil. Il est maintenant inutile de traiter les plantes annuelles contre leurs ennemis : elle vont bientôt être arrachées. En revanche, traitez efficacement les plantes molles : héliotrope, plumbagos, géranium, qui seront prochainement transportées en serre froide pour l’hiver.

  

Bulbes

 

Lorsque la place est libre, vous pouvez commencer la plantation des bulbes à floraison printanière. Commencez par ceux que vous avez arrachés en juin juillet et complétez vos massifs avec de nouvelles acquisitions. Lors de la plantation, respectez bien les particularités des variétés et espèces ; taille, couleurs époques de floraison. Réservez quelques bulbes pour vos bacs et jardinières. Mis en végétation plus tôt que les autres et protégés des intempéries, ils fleuriront plus vite.

Lors du choix des bulbes, il  est de première importance de passer commande seulement chez des fournisseurs sérieux. Ceux-ci doivent livrer des oignons à fleurs :

1) de diamètre suffisant pour assurer la floraison ;

2) sains et indemnes de maladies.

En tout état de cause, épandez sur le sol un produit insecticide, fongicide et, nématicide que vous enfouirez par un énergique griffage. 

 

ARBRES, ARBUSTES ET GAZON

 
Taille et plantation

 

Il est encore trop tôt pour entreprendre les travaux de plantation, les pépiniéristes n’ayant pas encore arraché les arbres. Lorsque cela est vraiment très urgent procurez vous des arbustes en conteneurs.  Ceux-ci, cultivés d’une manière spéciale, peuvent être plantés toute l’année. Il est évidemment plus prudent de laisser passer les grosses chaleurs avant d’exécuter ces travaux qui provoquent toujours un choc aux végétaux. De toute façon, vous pouvez commencer à creuser les trous de plantation. Incorporez humus, poudre d’os, fumier, etc.

A la fin de l’été, les travaux d’entretien se limitent, à quelques tailles et palissage des arbres les plus exubérants. Dans la plupart des cas, il s’agit de tailler une fois encore les haies de caducs et de conifères. Ramassez toujours les restes de tailles qui contiennent fréquemment des insectes nuisibles. Détruisez les par le feu.

 

Bouturage

 
On poursuit, jusqu’au 15 du mois, le bouturage d’un grand nombre d’arbustes à feuillage caduc ou persistant. Grâce à des hormones de croissance, on arrive à multiplier par ce procédé les espèces suivantes : chèvrefeuille, aucuba, rhododendron, lilas, prunus d’Apollon et d’Alexandrie, mahonia, rosier polyantha. La méthode la plus efficace est le bouturage avec des boutures feuillées de 10 à 12 cm de long. Dégagez bien la base des rameaux et éliminez au fur et à mesure les feuilles mortes. Placées sous cloches ou sous tunnels continus, les boutures racinent très bien. Arrosage modéré et ombrage l’après midi.

 

Rosiers

 

Il est encore tôt pour tailler. Surveillez le palissage des rosiers grimpant (et des autres plantes grimpantes) avant la période des grandes bourrasques. Traitez contre les derniers parasites lorsque la saison a été particulièrement défavorable.

Désherbages, bassinage et béquillage améliorent l’état des arbres et des arbustes nouvellement plantés

Les rosiers remontants continuent à fleurir abondamment. Il devient cependant nécessaire de supprimer régulièrement les cynorodons  (fruits des rosiers) qui épuisent inutilement les plantes.

Multipliez par bouturage et par greffage en écusson vos variétés préférées.
 

Gazon

 

Voici l’époque de refaire votre pelouse. Le sol réchauffé, bien préparé, engraissé en fonction de ses carences, est prêt pour le semis. Pratiquez par temps calme et le matin de préférence, en ayant soin d’éloigner les oiseaux. Apport d’engrais azoté au moment du semis : 1 kg par are

Choisissez les graminées en tenant compte de la nature du sol de la région où vous être, de l’exposition du terrain et du type de gazon   que vous désirez obtenir. Quantité : 3 à 5 kg par are. N’oubliez pas de bien croiser les jets de semence, de mettre en place un « filet » le long des allées, de terreauter après le semis, de rouler et d’arroser sans discontinuer pendant 2 à 3 semaines.

Si vous ne pouvez arroser régulièrement depuis le début, laissez faire le ciel tout seul : les jeunes plantules ne souffriront pas de soif par votre faute.

La première tonte, lorsque l’herbe a entre 5 et 7 cm de haut, devrait être exécutée à la faux ( !). Pratiquez de toute façon avec une tondeuse hélicoïdale, parfaitement affûtée et réglée à 5 ou 6 cm de hauteur. Roulez et arrosez ensuite (une ou deux fois avant l’hiver). Les tontes suivantes se font normalement avec une tondeuse à couteaux horizontaux ou hélicoïdaux.

Le désherbage chimique sélectif d’automne est réalisé en septembre sur un sol bien humide. Veillez à bien répartir les granulés sur tout le sol sans surcharger. Grattez les mauvaises herbes 3 semaines plus tard.


Plantes de terre de bruyère et d’orangerie

 
C’est la saison de mise en état de repos des plantes en bacs. Il s’agit de les tailler en supprimant les rameaux inutiles ou abîmes par les parasites. Eliminez les palmes jaunies des palmiers et des chamaerops. Pratiquez un dernier traitement fongicide et insecticide (pucerons et cochenilles).

On arrête progressivement l’arrosage des plantes en bacs ainsi que celui des plantes « de terre de bruyère ». Cette restriction favorise l’aoûtement et le mûrissement des gros boutons floraux. Ceux-ci doivent être pratiquement prêt à éclore avant la saison hivernale.

Traitez contre les parasites des feuilles (tigre de rhododendron) avec un produit à base de parathion. Partez aussi en guerre contre les rongeurs qui  élisent domicile dans la tourbe et la terre bruyère.

 

Plantes aquatiques

   

La plupart des plantes du bord des eaux (au dessus du niveau de l’eau) peuvent être plantées en septembre. Elles auront le temps d’émettre de nouvelles racines avant les premiers froids. Ne les placez pas trop serrées, car elles ont tendance à s’étendre rapidement : 2 à 5 plantes par mètre carré. Voici quelques espèces : astille, fleurs en plumets roses ou blancs ; Bergenia delavayi, très beau feuillage et fleurs rose printanières ; hémérocalle, feuilles lancéolées et belles fleurs orangées en été ; funkia, feuillage vert ou panaché ; primevère candélabre ou primevère pulvérulente ; rodgersia ; sans oubliez l’immense gunera manicata.

Aussi longtemps que les premiers froids ne sont pas à craindre, on garde dans l’eau toutes les plantes aquatiques. Rentrez toutefois assez tôt : lotus, victoria regia (immense plateau flottant d’Amazonie pouvant atteindre 1 à 2 mètre de diamètre), papyrus.

Nettoyez toutes les fleurs fanées et pourries sur et sous l’eau. Lorsque cela est possible,  placez un filet en nylon à mailles serrées au niveau de l’eau. Celui ci vous permettra de ramasser sans effort les feuilles tombées sur le bassin.

 

Matériel

 

Les travaux de ré affûtage du petit matériel à main se poursuivent. Il s’agit  des lames des tondeuses, des taille haies, des cisailles et autre outils tranchants.

Dans le cabanon à outils, préparez la place pour stocker vos engrais et produits phytosanitaires. Achetez les en automne ; vous ferez des économies. Prévoyez aussi la place pour rentrer prochainement les bulbes et les oignons à fleurs d’été. Les clayettes, ou plateaux, peuvent être empilées sans inconvénients. Si vous avez l’intention de jauger certains légumes (navet chou) commandez maintenant la paille nécessaire.

Commencez aussi à ranger les cloches et tunnels de protection estivale. Fragiles, ils doivent être entreposés dans un endroit peu fréquenté.