Cliquez sur la bannière pour revenir à l'accueil


Lessiver un mur à repeindre
Avant de repeindre un mur déjà peint, il faut toujours nettoyer l'ancienne peinture.
Si la peinture est en bon état, un simple lessivage d'entretien suffit.
Sur une vieille peinture, procéder à un lessivage profond :
1/ Faire dissoudre 150 g de lessive Saint-Marc par litre d'eau chaude.
2/ Nettoyer énergiquement le mur à l'éponge naturelle ou à la brosse à lessiver en tournant.
3/ Commencer toujours par le bas du mur si on lessive à partir du haut, des coulures de lessives marquent les parties non nettoyées.
4/ Rincer, au fur et à mesure, à l'eau claire.

Décaper la peinture
Les peintures et vernis courants (glycérophtaliques, vinyliques, acryliques) se décapent avec des produits spéciaux : les décapants chimiques.
Ils sont, soit à base de chlorure de méthylène, soit à base de soude.
1/ Appliquer, en couche épaisse, le décapant sur la peinture.
2/ Laisser agir 15 à 30 minutes (selon le mode d'emploi du décapant).
3/ Gratter la peinture avec une spatule ou un grattoir.
4/ Rincer à l'eau claire.
Les décapants, dégageant des vapeurs assez nocives, travailler, avec des gants, dehors ou fenêtres ouvertes.


Décaper la peinture à la flamme
Le bois peint peut être, décapé avec un décapant ou à la flamme.
On utilise un chalumeau ou une lampe à souder équipé d'un "brûleur à peinture".
1/ Promener la flamme sur la peinture de façon à la ramollir.
2/ La gratter, au fur et à mesure, avec une spatule.
Attention à ne pas laisser la flamme au même endroit, sinon le bois risque de brûler !
3/ Finir le décapage avec une brosse métallique pour éliminer les traces de peinture dans les fibres de bois et dans les reliefs.
On peut aussi utiliser un décapeur à air chaud.


Décaper la peinture à l'air chaud
Pour décaper les petites surfaces de bois et de métal peintes on peut utiliser un décapeur à air chaud.
Il s'agit d'une sorte de sèche-cheveux qui dégage une très forte température.
1/ Diriger le souffle d'air chaud sur la peinture jusqu'à ce qu'elle ramollisse et cloque.
2/ Gratter, au fur et à mesure, avec une spatule.
3/ Terminer en frottant avec une brosse métallique.


Vérifier qu'une peinture tient
Pour repeindre ou poser du papier peint sur un mur peint, il faut être sûr que la vieille
peinture constitue un support solide pour le nouveau revêtement.
1/ S'il s'agit d'une peinture mate, à l'eau, frotter le plat de la main sur la peinture.
Si la main se couvre de poussière, la peinture a "fariné".
Il faut la décaper.
2/ S'il s'agit de peinture à l'huile ou de laque, coller, par endroits, des morceaux de ruban adhésif en les appliquant bien.
Les arracher d'un seul coup. Si des morceaux de peinture restent collés au ruban, il faut décaper.


Remuer la peinture
Avant d'appliquer de la peinture il faut (presque toujours) bien la remuer car ses
composants ont tendance à se séparer : les pigments et les résines, plus lourds, se
déposent au fond du pot, tandis que les solvants remontent à la surface.
1/ Pour un pot neuf de petite contenance, le secouer énergiquement avant de l'ouvrir.
2/ Pour un pot plus grand ou un pot déjà ouvert, remuer la peinture avec une baguette en tournant énergiquement et en raclant bien les bords et le fond.
Attention ! ne jamais remuer les peintures thixotropiques, en gel.


Conserver la peinture
Certaines peintures ont une durée de conservation limitée. Dans tous les cas c'est le contact avec l'air qui abîme la peinture ; en particulier une peau se forme sur le dessus de la peinture.
Quelques trucs permettent une meilleure conservation :
1/ Bien fermer le pot entamé et le poser tête en bas, la peau se forme moins et lorsqu'on le retourne elle est sous la peinture.
2/ Transvaser la peinture dans un récipient plus petit (plus il est plein, meilleure est la conservation), par exemple un pot de confiture en verre avec couvercle à vis.
3/ Ne pas ranger les pots dans un local soumis au gel ou à la chaleur.


Filtrer la peinture
Avant d'utiliser une peinture longtemps conservée dans un pot, il est, généralement,
indispensable de la filtrer pour éliminer les dépôts et les débris de peau de séchage.
1/ Couvrir un pot ou un récipient propre, d'un vieux bas en nylon.
2/ Verser lentement la peinture sur ce filtre qui a une efficacité parfaite et qui peut être ensuite jeté, sans regret.
3/ Il faut toujours filtrer les vernis et les laques si on veut obtenir un travail impeccable.


Peindre au pinceau
1/ Charger le pinceau de peinture en trempant ses poils sur un tiers de leur hauteur.
2/ Enlever l'excès de peinture en pressant légèrement le bout des poils sur le bord du pot.
3/ Tenir le pinceau à pleine main pour peindre une grande surface, ou entre les doigts, comme un crayon, pour les travaux précis.
4/ Appliquer la peinture de haut en bas, par carrés de 50 cm de côté, chaque carré chevauchant légèrement le précédent.
5/ Croiser en donnant des coups de pinceaux horizontaux puis verticaux.
6/ Lisser en effleurant la surface peinte avec le bout des poils, sans recharger le pinceau de peinture.


Choisir un pinceau
Pour les professionnels un pinceau s'appelle une brosse à peindre, et une brosse de bonne
qualité a des poils en soies de porc. Les brosses en poils synthétiques ont rarement les
mêmes qualités que les brosses en soies.
La brosse à peindre la plus courante est la brosse ronde (brosse de pouce) en différents
diamètres et longueurs. Pour peindre avec précision, on utilise une brosse ronde pointue
(brosse à rechampir). La brosse plate (queue de morue) est destinée à vernir ou à laquer.
La queue de morue large (spalter) sert à lisser la peinture.


Peindre au rouleau
Le rouleau est destiné à peindre rapidement et régulièrement les grandes surfaces.
1/ Tremper, à moitié le rouleau dans la peinture et le faire rouler plusieurs fois sur la
grille d'essorage afin de répartir la peinture et d'éliminer le surplus.
2/ Répartir la peinture sur la surface à peindre par de larges mouvements verticaux d'aller et retour.
3/ Croiser pour égaliser, par des roulements horizontaux.
4/ Lisser en passant le rouleau de haut en bas en mouvements réguliers et assez lents.


Choisir un rouleau
Le rouleau à peindre est d'invention récente (les années 50). Il permet de peindre vite et régulièrement les grandes surfaces planes.
Un rouleau est formé d'une monture avec manche et d'un manchon dont la matière définit l'utilisation. Un rouleau à poils longs en mouton est destiné aux peintures courantes vinyliques ou acryliques.
Un rouleau mohair est fait pour laquer. Un rouleau en mousse convient aux peintures brillantes. Les rouleaux à crépir sont de plus gros diamètre ; ils sont à poils longs ou en mousse nid d'abeille.


Peindre les grandes surfaces
Pour peindre correctement une grande surface (un mur, par exemple) :
1/ Prévoir un temps de travail suffisant pour peindre toute la surface sans interruption sinon il risque d'y avoir des traces de reprise.
2/ Toujours peindre par surfaces limitées : un carré de 50 à 60 cm de côté au pinceau ; un carré de 1 m au rouleau ou au pistolet.
3/ Dès qu'un carré est lissé, peindre le suivant en le faisant chevaucher légèrement sur les carrés déjà peints.
4/ Pour peindre au pistolet prévoir la quantité suffisante de peinture diluée.


Peindre au pistolet
La peinture au pistolet donne un travail régulier et rapide si on connaît quelques règles techniques :
1/ Choisir une buse de projection adaptée à la peinture.
2/ Diluer la peinture suivant les indications du pot.
3/ Tenir le pistolet à 20 ou 25 cm de la surface à peindre.
4/ Déplacer le pistolet parallèlement à la surface, en un mouvement régulier et assez rapide pour déposer une couche fine de peinture, sinon il y a des coulures.
5/ Peindre en faisant un quadrillage : d'abord des aller et retour horizontaux puis verticaux.


Peindre sans déborder
Pour peindre une surface sans déborder sur la surface voisine :
1/ Si c'est une surface
rigide et solide : coller de l'adhésif de masquage qui a l'avantage de se décoller facilement après usage.
2/ Couvrir la surface à protéger avec du papier ou une feuille plastique, tenue à la périphérie avec de l'adhésif.
3/ Peindre en utilisant un écran de protection, en particulier pour protéger du papier peint, de la moquette ou du tissu.
En plastique dur, métal ou carton, l'écran est déplacé au fur et à mesure qu'on peint. L'essuyer de temps en temps.


Peindre dehors sans poussière
Lorsqu'on peint à l'extérieur, le plus délicat est d'éviter que la poussière se colle sur la
peinture avant qu'elle soit sèche.
1/ Avant tout choisir un jour sans vent.
2/ Pour éviter que la poussière se soulève, le plus simple est de la fixer en la mouillant. Arroser le sol, autour de la surface de peinture, ou en avant du mur à peindre, sur plusieurs mètres.
3/ Utiliser un arrosoir ou asperger le sol avec une brosse à badigeon, trempée dans l'eau, qu'on frappe contre un bâton.


Peindre des surfaces étroites
1/ Choisir un pinceau adapté à la surface à peindre. La brosse à peindre destinée aux surfaces étroites, comme les moulures, est la brosse à rechampir : une brosse ronde pointue.
2/ Tremper seulement le bout des poils dans la peinture.
3/ Peindre en appuyant jusque ce qu'il faut pour que les poils couvrent la surface à peindre.
4/ On peut aussi utiliser une brosse plate (queue de morue) du côté étroit, par exemple pour peindre un chant de porte.
5/ Parfois, on utilise aussi les pinceaux fins de la peinture artistique.


Peindre une fenêtre
Si on ne veut pas passer du temps à nettoyer les vitrages, la technique consiste à les protéger avant de peindre la fenêtre.
1/ Coller au bord des vitres, du ruban de masquage. Il s'agit d'un adhésif en papier crêpe qui protège de la peinture mais qui s'arrache facilement après séchage de la peinture.
2/ Le ruban doit être posé avec précision et bien appliqué pour que la peinture ne puisse pas s'infiltrer en dessous.
3/ Au besoin, dégraisser les vitres au trichloréthylène avant de poser le ruban de masquage.


Peindre un escalier
Peindre les marches d'un escalier le rend inutilisable jusqu'au séchage complet de la peinture. Une (mauvaise) technique consiste à peindre la moitié de l'escalier, en largeur.
Il est difficile de ne pas marcher sur la partie peinte, et la limite entre les deux moitiés se voit toujours. La bonne technique consiste à peindre une marche sur deux. Pour être en position confortable, peindre en descendant en commençant par la marche du haut. Peindre en même temps une marche et la contremarche qui est au-dessus.


Peindre un meuble à pieds
La peinture d'une chaise ou d'une table n'est pas particulièrement difficile sinon de peindre les pieds jusqu'en bas.
Si on pose la chaise sur un papier, la peinture coule et, en sechant, colle le papier sous les pieds.
Le meilleur truc consiste à enfoncer, partiellement, sous chaque pied, une pointe ou une vis. De cette façon les pieds reposent sur les têtes de clous ou de vis et on peut les peindre jusqu'à leur extrémité, et même, éventuellement, en dessous. La peinture sèche, on enlève les clous.


Rechampir des moulures
Dans certains styles (Louis XVI par exemple), les moulures et les panneaux moulurés des portes sont peints en deux couleurs pour souligner le relief. Cette technique est appelée le rechampissage et s'effectue avec une brosse ronde à rechampir. Procéder en trois étapes :
1/ Appliquer sur l'ensemble à peindre une sous-couche.
2/ Peindre l'ensemble d'une ou deux couches (selon la peinture utilisée) de la couleur claire du fond.
3/ Peindre, avec la couleur la plus foncée, les parties saillantes des moulures.


Faire de la peinture craquelée
On peut obtenir un effet de peinture craquelée sur des meubles ou des menuiseries de style. Il s'agit d'une technique assez simple :
1/ Appliquer une couche, assez épaisse, de peinture glycérophtalique.
2/ Avant que cette peinture soit sèche, appliquer, dessus, une couche de peinture vinylique ou acrylique à l'eau. Comme la peinture glycéro sèche moins vite que la peinture à l'eau, celle-ci se craquèle lors du séchage de la couche du dessous.
3/ Brunir les craquelures avec un mélange d'huile de lin et de peinture noire appliquée au chiffon.


Préparer le bois à peindre
Certains bois doivent être préparés de façon particulière avant d'être revêtus de peinture :
1/ Les bois résineux, comme le pin, doivent être débarrassés des traces de résine. Laver la surface du bois avec de l'eau chaude additionnée de lessive Saint-Marc (10 à 20 g/l). Pour enlever de grosses coulures de résine, tamponner avec une lessive très concentrée (100 g/l).
2/ Les bois exotiques gras comme le teck, le sipo, l'okoumé doivent être dégraissés au trichloréthylène.
3/ Le palissandre est dégraissé avec de l'essence minérale.


Utiliser les antirouilles
Les métaux ferreux (fers, aciers et fontes) rouillent au contact de l'air et de l'eau. Il est impératif de les protéger. On distingue trois types de produits :
1/ Les antirouilles préventifs : sous-couches au minium de plomb, au plomb métal, à l'oxyde de fer, au chromate de zinc... à passer sur du fer neuf ou dérouillé.
2/ Les antirouilles curatifs : dérouillants, transformateurs de rouille ou stabilisateurs de rouille à appliquer sur la rouille pour la supprimer.
3/ Les peintures antirouilles qui sont à la fois protectrices et décoratives.


Peindre le fer
La peinture d'un objet ou d'une surface en métal ferreux doit respecter un processus assez strict pour obtenir un résultat durable :
1/ Du fer neuf doit être dégraissé au trichloréthylène. Du fer ancien doit être dérouillé ou traité avec un inhibiteur de rouille.
2/ Du fer peint doit être décapé.
3/ Assurer ensuite la protection contre la rouille.
4/ Peindre le métal avec, au moins deux couches de peinture de type laque, ou mieux, d'une laque antirouille.


Peindre le zinc
Le gris des gouttières en zinc n'est pas toujours très esthétique sur une façade. On peut peindre le zinc avec la technique suivante :
1/ Dégraisser le zinc à l'eau chaude additionnée de 100 g de lessive Saint-Marc par litre, ou au trichloréthylène.
2/ Après séchage, appliquer une sous-couche spéciale pour zinc : un wash primer ou une sous-couche au chromate de zinc.
3/ Appliquer ensuite deux couches de peinture décorative, soit une laque brillante, soit de la peinture de façade.
4/ Peindre un jour sec, sans vent et sans un soleil trop violent.


Préparer un pinceau neuf
Les brosses à peindre de professionnel, en soies naturelles, peignent mieux et durent plus longtemps si on les prépare avant de peindre :
1/ Rebrousser la touffe de poils plusieurs fois, à la main, pour faire tomber les poils qui tiennent mal.
2/ Laisser tremper les poils du pinceau dans de l'eau ou dans de l'huile de lin, pendant plusieurs heures, puis bien essorer.
3/ Brosser, avec le pinceau, une surface rugueuse, comme du ciment, afin d'arracher les derniers poils mal fixés.


Nettoyer les pinceaux
Pour bien peindre, il faut un bon pinceau propre. Les bons pinceaux sont chers, il faut donc bien les nettoyer :1/ Essorer le pinceau sur un chiffon ou du papier.
2/ Le tremper dans le diluant correspondant à la peinture (eau, white spirit...).
3/ Bien faire pénétrer le diluant entre les poils, essorer, retremper dans le diluant, essorer, etc.
4/ Frotter, pour finir, les poils avec une pâte faite de poudre à lessive mouillée de très peu d'eau.
5/ Rincer et laisser sécher.
6/ On peut aussi acheter des produits spéciaux nettoyants à pinceaux.


Récupérer un pinceau
Lorsqu'un pinceau a été mal nettoyé, il est parfois possible de le "récupérer" grâce aux méthodes suivantes (souvent les trois méthodes à la suite) :
1/ Faire tremper les poils dans un diluant, un nettoyant à pinceaux ou, mieux, un rénovateur de pinceaux".
2/ Frotter les poils avec une lessive très concentrée (eau chaude additionnée de beaucoup de lessive à lave-vaisselle ou de détergent ammoniaqué).
3/ Tremper les poils du pinceau dans du vinaigre d'alcool bouillant. Cette dernière étape redonne de la souplesse.


Conserver les pinceaux
Pour garder un pinceau, il doit être parfaitement nettoyé.
1/ Le conserver à plat, la tête en haut ou pendu, mais jamais posé sur ses poils.
2/ Attention ! les poils en soies, peuvent être attaqués par les mites.
3/ Lorsqu'on interrompt momentanément un travail, mettre le pinceau à tremper dans de l'eau ou du white spirit. Pour éviter que la touffe ne se déforme au fond du récipient : percer un trou dans le manche, y enfiler un fil de fer rigide et faire reposer ce fil sur les bords du récipient. Le pinceau est ainsi suspendu et seuls ses poils trempent dans le diluant.